Dernières actualités …

Le rapport Philizot est-il resté confiné ?

 

La FNAUT s’inquiète du devenir du rapport Philizot sur les petites lignes TER, et se demande même s’il serait une « victime du coronavirus ».

 

Commandé depuis plus d’un an et demi afin de proposer aux régions « une vision partagée de ces lignes », il reste inaccessible.

 

Personne n’a en effet encore pu le consulter dans sa totalité, même si des bribes présentées comme une synthèse ont été publiées en février dernier sous l’égide du secrétariat d’État aux Transports, quand l’État a conclu des accords avec les régions Centre-Val de Loire et Grand Est pour pérenniser certaines « lignes de desserte fine du territoire »*.

 

Ces accords ont été alors mis en avant comme  étant les résultats des préconisations du rapport Philizot. 

 

Depuis, rien. « Pourquoi ces retards ? Ces atermoiements ? Ces promesses jamais tenues de publication sans cesse repoussées ? Le document serait-il à ce point explosif ? Ou périmé avant l’heure », demande Michel Quidort  (FNAUT Infos, n° 284, juin 2020).

 

Il balaie la dernière hypothèse en rappelant que la Fédération des Usagers, « plusieurs fois consultée par  le préfet, a apprécié sa connaissance hors pair du tissu ferroviaire français dans ses plus minces ramifications, tout comme l’écoute dont il a su faire preuve ».

 

Le responsable de la FNAUT décèle des éléments d’explications dans le dossier du secrétariat d’État aux Transports publié en février dernier.

 

Comme l’expression selon laquelle « l’heure n’est plus aux rapports mais à l’action ». Aussi, « avant même d’être publié le rapport serait-il périmé ? », demande-t-il, en proie à un « sentiment d’incomplétude ou de précipitation prématurée ».

 

Il s’interroge également à propos de l’insistance mise sur la solution du train léger « présenté comme un vrai kit de survie des lignes en péril ». Alors que « le principal défaut de ces lignes (est) le  défaut d’entretien et de renouvellement (...) l’État laissant dépérir un patrimoine national essentiel à l’aménagement et à la vie des territoires. Et qui poursuit son désengagement en transférant une partie de ces lignes à  des régions soumises à l’austérité budgétaire et qui devront se débrouiller avec la patate chaude de leur éventuelle fermeture... ».

 

* Voir Mobilités Magazine n°36/avril 2020.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale