Dernières actualités …

11 mai : Lyon va proposer un « urbanisme tactique »

 

Alors que les transports en commun lyonnais semblent effrayer les utilisateurs, à compter du 11 mai, la Métropole veut adapter les voiries au bénéfice des marcheurs, des vélos et adeptes des micro-mobilités.

 

Selon un sondage effectué par la Métropole lyonnaise, seulement un tiers des habitués des transports en commun lyonnais devraient reprendre le chemin du réseau à partir du 11 mai, à l’occasion de sa remise en route progressive.

 

Le risque est donc grand que la voiture individuelle reprenne le dessus dans les déplacements, y compris pour ceux de courte distance. D’où la volonté des élus de mettre en place un urbanisme tactique, destiné à faciliter les déplacements des modes doux et de la marche à pied, tout en respectant les mesures barrières.

 

Alors que la Métropole lyonnaise compte près de 1 000 kilomètres de voies cyclables, elle va en ajouter 70 d’ici septembre. Pour les vélos, il y aura aussi 3 000 nouveaux arceaux qui vont être installés en collaboration avec les élus locaux et les associations, peut-être de manière temporaire, de façon à évoluer en fonction des comportements.

 

Une prime de 500 € sera proposée pour l’achat d’un vélo à assistance électrique. Enfin, il est prévu que la totalité des voies réservées aux transports en commun soit accessibles aux vélos, contre 50% aujourd’hui. Et une question est posée au Sytral pour l’accessibilité des vélos dans les tramways, à certaines heures.

 

 

Redessiner les voiries

 

Comme la situation sanitaire impose la distanciation physique, dans les rues et avenues, il faudra redistribuer l’espace : en donner davantage aux piétons, notamment devant certains commerces pour les files d’attente, devant les écoles ou à certains emplacements d’arrêt de bus.

 

« Nous devrons éventuellement prendre quelques places de stationnement de voitures individuelles supplémentaires », admet David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon. Il est aussi question d’élargir les « zones 30 ». Et, toujours dans l’optique de réserver plus d’espace aux vélos et autres engins de micro-mobilités, plusieurs rues et avenues seront redistribuées, souvent pour passer de deux fois deux voies automobiles à une fois une voie.

 

L’auto-partage et le co-voiturage ne figurent pas encore dans les plans de la Métropole, « il faudra envisager la sécurisation sanitaire des véhicules partagés », explique David Kimelfeld.

 

Pour contrôler tous les comportements lyonnais, un observatoire associant divers partenaires sera mis en place à partir de 11 mai.

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale