Dernières actualités …

Dessine-moi un monde nouveau, en 15 jours !

28/04/2020

 

Très attendu, le discours du Premier ministre Edouard Philippe devant l’Assemblée Nationale le 28 avril 2020, portant sur la mise en œuvre du déconfinement à compter du 11 mai prochain, a apporté son lot de réponses et d’interrogations.

 

Au chapitre des généralités, on comprend bien que ce retour « progressif » à la normale se doit d’abord d’éviter « l’écroulement » économique du pays, et qu’il faudra désormais « vivre avec le virus ».

 

Autre point notable, le retour en grâce définitif des collectivités locales qui, accompagnées par les Préfets dans leur mission, veilleront à l’application des mesures décidées par l’Etat, et ce département par département.

 

Car au chapitre des mesures précises envisagées, il est désormais question d’un déconfinement non seulement progressif dans le temps (le 11 mai n’est, au mieux, qu’une date de départ, et la loi d’urgence sanitaire devrait être prorogée jusqu’au 24 juillet 2020), mais aussi dans l’espace.

 

A compter du 30 avril 2020, les départements seront en effet classés en rouge ou vert selon différents critères sanitaires : cas nouveaux sur les 7 derniers jours, capacité hospitalière et développement du système de tests. Les « vert » devant être les premiers à voir s’assouplir les règles de confinement.

 

 

Réouverture partielle des écoles

 

Très attendu, le chapitre consacré aux 12 millions d’élèves scolarisés de l’Hexagone a encore apporté son lot d’incertitudes.

 

Si la réouverture des crèches, maternelles et primaires semble bien gravée dans le marbre pour le 11 mai, tout cela ne se fera cependant qu’avec des effectifs réduits à 15 élèves par classe, et sur la base du volontariat.

 

Quant au retour en classe des collégiens et lycéens, il se fera masqué, pour les 6e et 5e à compter du 18 mai, et surtout en fonction de la couleur des départements…

 

Une fois encore, les collectivités locales seront les garantes de la remise en marche progressive du système scolaire, avec le soutien de l’Etat. Edouard Philippe en appelle même à la « souplesse du terrain », version polie du « débrouillez-vous ».

 

A propos des masques, après un bel exercice d’équilibriste concernant la pénurie qui a marqué le début de cette crise, le Premier ministre a clairement indiqué aux collectivités qu’elles pouvaient/devaient désormais se fournir en la matière.

 

L’Etat prendra d’ailleurs à sa charge 50% des coûts d’achat de masque par les collectivités, « sur la base d’un prix de référence en cours d’établissement ».

 

 

Le cas des transports

 

Concernant les transports, le Premier ministre a annoncé quelques grands principes qui devront tenir lieu de feuille de route.

 

D’abord, concernant les transports urbains, Edouard Philippe préconise une remontée rapide de l’offre, afin de lisser les flux de passagers.

 

Une nouvelle gestion des flux qui fera l’objet, d’ici le 11 mai d’un travail de concertation entre les autorités organisatrices, les associations d’usagers et les opérateurs.

 

Dans le même ordre d’idée, des guides de bonnes pratiques et des fiches métiers devront être disponibles pour les entreprises d’ici au 11 mai.

 

En parallèle, le gouvernement demande à toutes les entreprises de France que soit maintenu le télétravail autant que nécessaire, et que les horaires de travail soient étalés afin d’éviter les engorgements en heure de pointe.

 

Plus concrètement encore, les masques deviennent désormais obligatoires dans les transports en commun (pour le personnel comme pour les passagers), tandis que, dans le respect de la désormais fameuse règle de « distanciation physique », un siège sur deux devra être condamné.

 

Une obligation qui est aussi valable pour les autocars de transport scolaire, le masque étant ici obligatoire pour les élèves à partir du collège…

 

Autre point important, à compter du 11 mai, ne seront autorisés les déplacements interrégionaux (dans un périmètre d’une centaine de kilomètres) que pour des motifs professionnels, tandis que ne seront tolérés sur la voie publique (ou en privé) que des rassemblements de moins de dix personnes.

 

En moins de quinze jours, il va donc falloir inventer un nouveau monde…

 

 

Découvrez dans Mobilités Magazine N°37, qui sera en ligne  sur le site www.mobilitesmagazine.com dès le 4 mai 2020, une analyse complète des impacts du déconfinement sur les transports collectifs.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale