Dernières actualités …

Tous les transports au ralenti

 

Suite à la décision gouvernementale de fermer l’ensemble des établissements scolaires à compter de ce lundi 16 mars 2020, l’ensemble des régions a annoncé la mise à l’arrêt des services scolaires et, parfois, de certaines liaisons départementales ou TER routières.

 

Afin de s’adapter à la fois à une situation de moindre circulation sur l’ensemble du territoire et à une moindre disponibilité des personnels obligés de garder leurs enfants déscolarisés, la SNCF a décidé de réduire son offre de 30% dès ce lundi, puis de 50% à compter du mardi 17 mars.

 

Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire a par ailleurs clairement fait comprendre dans la matinée du 15 mars, que l’objectif affiché sera de réduire progressivement tous les échanges entre agglomérations. Traduction, les transports collectifs interurbains - quels qu’ils soient - seront arrêtés à termes.

 

Les voyageurs seront informés du maintien ou non de leurs trains, selon un principe déjà bien rôdé pendant la précédente période de grève. Un système d’échange ou de remboursement des billets acquis pour après le 30 avril prochain a aussi été mis en place.

Parallèlement, La direction de la SNCF reçoit ce matin les quatre syndicats représentatifs du groupe ferroviaire (CGT, Unsa, SUD et CFDT pour discuter des mesures de prévention concernant le personnel.

 

 

Dans le même ordre d’idées, plusieurs réseaux de transport, comme la RATP ont annoncé un ajustement de leur offre, dans le meilleur des cas en passant en « horaires d’été », comme par exemple à Toulouse. En Ile-de-France, il s’agira plutôt de se concentrer sur les axes dit « structurants ».

 

D’autres types de mesures sont aussi adoptés sur certains réseaux en matière d’organisation. Ainsi, sur le réseau Transvilles de Valenciennes, la montée et la descente se feront désormais par les portes arrières, afin d’éviter au maximum le contact avec les équipes de conduite. Une mesure de confinement des conducteurs partagée par d’autres agglomérations, et qui vise à retarder la propagation du virus et assurer la continuité du service.

 

 

L’exemple lyonnais

 

Pour le réseau TCL lyonnais par exemple, la fréquence des bus, tramways, métros et funiculaires sera allégée de 30% et les lignes scolaires « Junior Direct » seront suspendues.

 

Sur le réseau Cars du Rhône, les lignes régulières circuleront normalement, mais l’exploitation de toutes les lignes scolaires sera suspendue. Sur le réseau « Libellule », de Villefranche-sur-Saône, l’offre régulière sera également ajustée et les lignes scolaires ne fonctionneront pas. Le service Rhônexpress est, quant à lui, maintenu.

 

Ces mesures sont susceptibles d’être réactualisées quotidiennement, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et des effectifs disponibles.
 

 

Le Sytral et son délégataire, Keolis Lyon, ont aussi renforcé le dispositif de nettoyage des véhicules. Ils ont mis en place un affichage rappelant la nécessité d’utiliser les gestes barrières, avec un rappel au personnel des réseaux.

 

Enfin, comme beaucoup d’autres réseaux le font désormais, ils invitent les voyageurs à prendre leurs titres de transport sur les distributeurs ainsi que sur les smartphones, en version dématérialisée, ici via la nouvelle application TCL e-ticket.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale