TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

FNAUT : les coûts du transport favorisent la voiture

 

Le 7 février 2020, à Paris, la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports) a présenté une étude de l’économiste des transports Jean-Marie Beauvais* sur « Les dépenses des voyageurs selon les modes de transports ».

 

Étude qui analyse successivement les coûts et leurs évolutions pour les courtes et longues distances. En voiture, vélo, transports urbains, TER et co-voiturage pour les courtes distances et en y ajoutant la moto, l’avion (classique et bas coûts), le TGV, les trains Intercités et les autocars SLO (dits Cars Macron) pour les longues distances.

 

Mais aussi en distinguant pour la voiture, la moto et le vélo les « coûts complets » (amortissements, frais, charges...) et les « coûts marginaux » (carburant, stationnement, péage).

 

L’étude conclut que « pour les déplacements courts la voiture au coût marginal revient moins cher que le transport collectif (et que) l’écart s’est creusé entre 2011 et 2018 ». Même constat pour les déplacements longs. « Le co-voiturage, l’autocar et l’avion à bas coût reviennent moins cher pour les voyageurs que le transport ferroviaire ».

 

Aussi, conclut Jean-Marie Beauvais, « le transport ferroviaire est plus menacé qu’en 2011 ».

 

Pour sa part, la FNAUT analyse les résultats de l’étude en rappelant son point de vue sur les principales raisons de l’attractivité de la voiture. Attractivité élevée liée au fait que son « usage est sous-tarifé », tant économiquement (coûts des voiries urbaines et des routes classiques) qu’au point de vue environnemental.

 

Attractivité renforcée en ville grâce au « stationnement gratuit des entreprises et à l’inexistence du péage urbain ». En même temps, si la voiture continue à être toujours dominante pour les déplacements plus longs, le co-voiturage, l’autocar et l’avion à bas coûts sont de plus en plus préférés au train dans ces déplacements.

 

Faute d’offre et de politique tarifaire incitatives selon la FNAUT, des manques qui rendent le train plus coûteux. S’ajoutent le  maintien d’une TVA à 10% sur les transports collectifs et des subventions récurrentes - directes ou indirectes - en faveur des modes les plus polluants. L’avion en tête avec  la non-taxation du kérosène...

 

Seul « bémol » de cette nouvelle étude sur les dépenses des voyageurs, la non-prise en compte du rôle des deux roues motorisées en ville. Principalement les scooters (classiques comme électriques), qui prennent une part de plus en plus importante dans les déplacements urbains...

 

 

* En 2018, Jean-Marie Beauvais a réalisé pour la FNAUT une étude sur les coûts des carburants et sur leur évolution. Elle démontrait notamment que ces coûts avaient diminué en valeur réelle et que leur part avait régressé dans le coût d’utilisation de la voiture. Une constatation à contre-courant de l’opinion des automobilistes plus soucieux des charges variables (carburant, stationnement, péage) que des charges fixes.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload