TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

Valérie Pécresse veut ouvrir plus vite la concurrence en Île-de-France

 

Dans une interview au Parisien le 5 février 2020, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, a annoncé sa décision d’accélérer l‘ouverture à la concurrence des trains régionaux dans la région-capitale.

 

Décision prise parallèlement à l’exigence d’un plan B qui, en cas de conflit social, offrirait un « service garanti »  aux heures de pointes sur base de personnels de réserve soumis à astreinte. Une version « remoulinée » du service minimum plus ou moins oublié ?

 

Les études sont donc lancées par Île-de-France Mobilités afin de mettre en place la concurrence dès 2023, comme d’autres régions déjà engagées dans ce processus.

 

Le choix devrait se porter sur les ensembles de lignes J et R du Transilien*. Si elles ne totalisent que 32% du kilométrage du réseau et 9% de son trafic, elles ont l’intérêt de pouvoir être plus facilement dégroupées. Ce ne sont en effet pas des lignes « passe-Paris » dont l‘exploitation est plus difficile, dans la mesure où le moindre incident à un bout ou sur le tronçon central peut se démultiplier rapidement.

 

Même si elles partagent leurs infrastructures avec d’autres services (trains Normandie et Bourgogne, RER, autres liaisons Transilien, fret), l’amélioration de leurs résultats semblerait ainsi plus atteignable.

Battre le fer quand il est chaud. En raison de la lassitude des Franciliens après un mois et demi de grèves SNCF, mettre en avant l’intérêt de la concurrence ferroviaire est habile et politiquement opportun. À condition que les challengers éventuels de la SNCF soient prêts et que les services d’IDF Mobilités soient à la hauteur de l’enjeu...

 

 

*  Le groupe des lignes J au départ de Paris-Saint-Lazare [groupes IV, V et VI] concerne - avec de nombreux troncs communs - les deux itinéraires Paris-Mantes et les axe Paris-Argenteuil-Ermont-Eaubonne et  Paris-Pontoise-Gisors. Soit 256 m de lignes avec 52 gares et 260 000 voyageurs/jour. La ligne R au départ de Paris-Lyon se développe jusqu’à Montereau (deux itinéraires de Melun à Montereau) et Montargis. Soit 164 km de lignes avec 25 gares et 55 000 voyageurs/jour.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload