TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

L’Europe met la SNCF au service de la grande vitesse polonaise

 

Le projet polonais CPK sera réalisé avec l’aide active de la SNCF, qui entrera dans le capital de la société ad-hoc. « Tout cela sous le parasol de Bruxelles », précise Marcin Horala, pilote du projet.

 

Une condition du co-financement européen d’un projet aéroportuaire qui s’organise autour de la grande vitesse ferroviaire afin de mettre un futur aéroport national central à la portée des plus grandes agglomérations du pays.

 

Localisé à moins d’une quarantaine de kilomètres à l’ouest de la capitale entre Varsovie et Lodz, la nouvelle plate-forme aérienne regrouperait les fonctions internationales de six aéroports existants avec une capacité annuelle de près de 100 millions de voyageurs.

 

L’aide européenne à l’investissement aéroportuaire (3,8 à 4,5 Mds€) est liée à son accessibilité ferroviaire avec le principe d’une durée de trajet qui n’excèderait pas 2 h 30 à 3 heures pour sept grandes agglomérations qui regroupent près du quart de la population nationale.

 

Celles de Cracovie et de Katowice (cœur de la conurbation de Silésie industrielle, ndlr.) ont d’ores et déjà une possibilité d’accès rapide au futur aéroport avec la ligne à grande vitesse CMK*, tandis que Varsovie et Lodz en sont proches même avec les seuls services ferroviaires de banlieue.

 

Et la Triville baltique (Gdansk-Sopot-Gdynia) est déjà également accessible dans les créneaux de temps souhaités via la ligne classique Varsovie-Gdansk « poussée » à 200 km/h par l’ERTMS 2.

 

Le projet de ligne à grande vitesse désormais sous houlette européenne avait été étudié dès les années 1990 avant même l’idée de l’aéroport. Il consiste, avec un investissement de 4,5 Mds€, à créer d’ici 2030 une LGV dite « Y » en raison de sa configuration et qui relierait Varsovie à Lodz (40 minutes), à Poznan (1 heure 30) et à Wroclaw (1 heure 50), soit 470 km de lignes nouvelles parcourables à 300 km/h et électrifiées en 25 kV alternatif. Une première dans un réseau fidèle au 3 kV continu depuis 1936 !

 

* Son prolongement au nord - non achevé depuis ... 1978 sur une dizaine de kilomètres - était prévu d’origine pour amorcer un axe vers la « Triville ». Il permettra un accès direct au futur aéroport.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload