TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

Des transports en Commun pour Marseille-Provence

 

L’Aéroport de Marseille Provence (AMP) souhaite faire passer la part des passagers arrivant via les transports en commun de 17,7% aujourd’hui, à 25% en 2025, le tout dans une perspective de croissance de son trafic.

 

L’AMP a terminé l’année 2019 sur une croissance de son trafic de passagers de 8,1%. Sur les 10,152 millions de passagers, 1,8 millions d’entre eux sont venus via les divers modes de transport en commun, un chiffre lui aussi en progression.

 

S’appuyant sur le dernier Plan des Déplacements Urbains (PDU) de la Métropole, AMP souhaite que cette part grimpe à 25% en 2025. Pour y parvenir, dès cette année, l’offre va être sensiblement améliorée.

 

Un total de 28 navettes quotidiennes supplémentaires entre l’aéroport et la gare Saint-Charles seront mises en place (142 au total), six de plus depuis Montpellier et quatre de plus depuis Nice, sans oublier les 48 existantes depuis Aix-en-Provence, les 23 depuis Avignon, les 18 depuis Montpellier... La moitié du trafic de l’aéroport est en effet d’origine extérieure au département des Bouches-du-Rhône.

 

Cadencement et voies dédiées

 

« Nous adhérons au PDU et souhaitons que dates et engagements soient respectés », ajoute Philippe Bernand, président du directoire d’AMP, qui demande aussi « des voies de bus dédiées sur l’autoroute, et des pistes cyclables depuis les communes limitrophes », principalement au bénéfice des 5 000 emplois recensés sur le site.

 

Il souhaite également que l’ensemble des horaires des navettes routières et ferroviaires soient harmonisées et cadencées. Pour autant, le place de la voiture individuelle ne sera pas négligée, puisque deux nouveaux parkings sont prévus à l’horizon 2023.

 

La société AMP, créée en 2014, qui associe à l’Etat, les collectivités territoriales et la Chambre de Commerce et d’Industrie, reste toujours concernée par l’ouverture de son capital mais, selon Jean-Paul Ourliac, président du conseil de surveillance, « il semble qu’il y ait d’autres priorités pour le gouvernement en ce moment ».

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload