Dernières actualités …

Le maillon faible de l’axe Bordeaux-Nantes en chantier

 

 

Le 20 décembre 2019 à La Roche-sur-Yon, SNCF Réseau et ses partenaires* ont présenté le projet de réhabilitation de la transversale Bordeaux-Nantes, précisément celui de la section La Roche-sur-Yon-La Rochelle (103 km sur 376 km), le véritable « maillon faible » de la ligne.

 

En effet, l’état de dégradation de la voie sur cette section oblige à rouler à la vitesse maximale de 60 km/h au lieu des 110 à 130 km/h d’origine. Ce qui a fait passer les temps de parcours entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle de 1 h 07 à 1 h 48.

 

Pour retrouver la vitesse maximale de 120 km/h, le choix des partenaires de l’opération consiste - dans un premier temps, assurent-ils - à rénover l’une des deux voies avec la création d’évitements à Luçon et à Marans et à installer un système de commande centralisée numérique capacitaire sur la section.

 

Auparavant, il faut assainir la plate-forme et conforter les ouvrages en terre (talus, tranchées), rénover les ouvrages d’art, renouveler la voie 2 sur les 103 km de la section, installer 13 aiguillages, créer deux évitements, supprimer 3 passages à niveau et en améliorer 14 autres et mettre en accessibilité PMR la gare de Luçon.

 

Les travaux qui se dérouleront de janvier 2020 à mai 2021 obligeront à la mise en place d’un service de substitution par autocars sur la section.

 

 

Des zones de ralentissement multiples

 

Si la section La Roche-La Rochelle est la plus fragilisée de la ligne, ce n’est pas la seule à poser problème, puisque des zones de ralentissement ont été également édictées au sud, sur la partie du parcours entre La Rochelle,  Saintes et à Bordeaux.

 

Sur 5 km entre Bussac et Saint-Mariens-Saint-Yzan (limitation à 60 km/h au lieu de 140 km/h) comme en amont et en aval de Beillant (40 km/h au lieu de 110 km/h) gare de bifurcation avec la ligne Angoulême-Cognac-Royan, la faiblesse des voies générait de dix à quinze minutes de ralentissements supplémentaires.

 

Les travaux de maintenance urgente qui ont été réalisés en 2016 et en 2017 ont permis, sinon une amélioration, au moins une stabilisation sans toutefois pouvoir retrouver les performances d’origine, en l’attente urgente d’inéluctables opérations lourdes.

 

Parallèlement, dans le cadre du CPER 2016-2020, la section La Rochelle-Saintes sera équipée du BAL (Block Automatique Lumineux) jusqu’à Rochefort (30 km) et du BAPR (Block Automatique à Permissivité Restreinte) de Rochefort à Saintes (44 km), en remplacement d’un système de signalisation existant plus que centenaire.

 

L’objectif de l’opération de rénovation La Roche-sur-Yon-La Rochelle est de pouvoir relier au mieux Nantes à Bordeaux en quatre heures au lieu de 4 h 55 aujourd’hui.

 

Et ainsi de pouvoir retrouver les meilleurs temps de parcours bout en bout... des années 1980-1990 !

 

 

* État, Pays de la Loire, Nouvelle Aquitaine, Départements de la Charente-Maritime et de la Vendée,  Communauté d’agglomération de La Rochelle. Le projet, d’un montant de 152 M€ est inscrit au CPER 2016-2020.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale