Dernières actualités …

Modéliser l’usage des navettes autonomes

19/12/2019

 

Des villes du monde entier testent des minibus autonomes et des véhicules navettes. Mais que faut-il pour passer de ces opérations de test encore très limitées à des options régulières dans les transports publics ?

 

Tel était l'objet du projet de recherche « LEA (mini) bus » financé par le ministère fédéral allemand des transports et des infrastructures numériques et dont les résultats ont été présentés le 16 décembre 2019.

 

Sous la direction du Groupe PTV, ce projet de recherche a examiné les conditions préalables et les possibilités de déploiement des (mini) bus automatisés et électriques dans les transports publics.

 

Ce faisant, les scientifiques ont éclairé le sujet sous tous les angles : du statu quo et des obstacles actuels jusqu'à la sophistication technique nécessaire. De la conception de l'infrastructure et des aspects juridiques aux questions concernant le fonctionnement et l'efficacité dans différents domaines jusqu'à l'acceptation dans la société.

L'examen a incorporé des expériences antérieures d'opérations d'essais internationales, ainsi que des entretiens avec des experts et des enquêtes auprès des autorités et de la population.

 

Une composante importante de l'étude était également une analyse virtuelle des différentes possibilités de déploiement de véhicules entièrement automatisés et connectés.

 

À quoi pourrait ressembler un fonctionnement régulier lorsque tous les obstacles ont été surmontés? En utilisant un modèle de transit réel pour la région de Stuttgart créé avec PTV Visum, les chercheurs ont examiné trois zones de transit différentes :

 

• Un quartier résidentiel au bord d'une grande ville avec une liaison ferroviaire de banlieue ;

• Une ville de taille moyenne avec une zone centrale et des quartiers périphériques ;

• Une communauté rurale.

 

Deux scénarios ont chacun été joués dans chacun de ces domaines. D'une part, un service régulier avec un horaire et des arrêts fixes ; d'autre part, le transport dit à la demande orienté vers la demande avec des minibus sans horaire et des arrêts fixes - dans chaque cas avec des véhicules entièrement automatisés et électriques.

 

La simulation, qui a pris en compte la demande réelle de transport, a pu démontrer que l'utilisation de véhicules autonomes dans les transports publics, notamment les minibus, ouvre une multitude de nouvelles possibilités pour concevoir des offres et un fonctionnement organisationnel plus flexibles.

 

En outre, il peut réduire considérablement les coûts d'exploitation dans certaines conditions par rapport aux transports publics actuels.

 

En revanche, l’étude a aussi démontrer qu’il n’existait pas de solution type, et qu’il fallait adapter l’usage à chaque situation précise. D’où l’importance de la phase de test…

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale