TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

Le Sytral présente le réseau TCL du futur

 

La perspective des élections municipales, dont la mobilité constituera l'une des questions les plus débattues, donne des ailes aux projets tout azimut du Sytral. En marge du conseil syndical du Sytral de ce vendredi 13 décembre, Fouziya Bouzerda, sa présidente, a présenté les pistes de réflexion pour le développement du réseau des Transports en Commun Lyonnais à long terme, horizon 2030, voire 2050.

 

Métro, tramway, transport par câble, navettes fluviales... tous les modes de déplacement ont été passés au crible. Et alors que le tramway avait été le fer de lance du développement du réseau et du trafic durant ces dernières décennies, le métro retrouve sa pertinence dans l’avenir que trace le Sytral pour accroître encore la part des transports en commun dans les déplacements métropolitains.

 

Alors que le prolongement de la ligne de métro B jusqu’aux hôpitaux Lyon-Sud, est prévu pour 2023, et que la création de la cinquième ligne, la E, entre Alaï et Part-Dieu, est actée, d’autres solutions sont à l’étude : les prolongements de la ligne B au Nord, jusqu’à Rillieux, via Saint-Clair, Caluire et Sathonay et de la ligne C jusqu’à Montessuy (correspondance avec la ligne B prolongée), celui de la ligne D jusqu’au boulevard urbain Sud et celui de la ligne E, à l’Ouest jusqu’à Craponne et à l’Est jusqu’à Porte des Alpes.

 

De son côté, le tramway pourrait voir aussi le prolongement de la nouvelle ligne T6 vers La Doua (les études sont engagées) ainsi que la création d’une ligne entre Gerland et La Doua, via Vaulx-en-Velin et Saint-Fons. Par ailleurs, une dizaine de zones ont été identifiées pour des liaisons par câble. Trois sont particulièrement étudiées : Rillieux-Décines, Caluire-Vaise et Francheville-Confluence-Gerland.

 

Enfin, figurent dans ces études, deux navettes fluviales, sur la Saône, entre Vaise et Lyon-Conluence, actuellement exploitée par le Vaporetto qui pourrait être intégré au dispositif Sytral puis prolongée jusqu’à Collonges, et le Rhône, entre Confluence et la Cite Internationale.

 

 

Gagner 6 à 700 000 passages au quotidien

 

De ce fait, à l’horizon 2030, l’ambition est d’augmenter de 35% le trafic actuel, qui se situe à ce jour à 1,8 millions de passages quotidiens, soit entre 600 000 et 700 000 passages supplémentaires. Cet accroissement de trafic serait réalisé pour 70% par les métros et les funiculaires, à 15% par les tramways et à 10% par les autobus. Il correspondrait à un gain de 4 points dans la transition modale, depuis le véhicule individuel vers le transport en commun.

 

 

Un coût à 9 Mds€

 

Sachant que le coût d’un kilomètre de métro se situe en moyenne autour de 150 M€, l’ensemble de ce qui n’est qu’une estimation d’école, selon Fouziya Bouzerda, s’élèverait à 9 Mds€. Pour mémoire, l’actuel budget du Sytral se situe à 1,2 Md€ pour le mandat et il passera vraisemblablement à 2,1 Mds€ pour le prochain.  C’est dire les arbitrages qu’il conviendra d’effectuer !

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload