TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

Gisors-Serqueux, dernier maillon d’une ligne-bis Paris-Le Havre

 

C’est le seul chantier d’électrification associé à une réouverture de ligne aujourd’hui en cours sur le réseau ferré national. Il concerne l’équipement de la section Gisors-Serqueux (58 km) de l’ancien axe direct Paris-Dieppe*, alors que la section Paris-Gisors, pionnière en 1968 du BAPR (Block automatique dit « à permissivité restreinte »), avait été électrifiée dès 1982.

 

Le parcours Gisors-Serqueux aux infrastructures fortement dégradées s’était en outre retrouvé handicapé par la fermeture de la partie terminale Serqueux-Dieppe en 1988, et il avait été fermé à son tour en 2009.

 

Pour peu de temps, puisque dès la même année des travaux de rénovation de la voie sont entrepris à hauteur de 60 M€ dans le cadre du « Plan de relance économique ». Ces travaux achevés en 2013 ont permis la remise en service de la ligne avec 4 allers-retours TER journaliers. 

 

Pour peu de temps une fois de plus puisque la section est de nouveau fermée en 2017. Mais cette fois pour une plus profonde modernisation, puisqu’il s’agit d’électrifier la section Gisors-Serqueux, de l’équiper du BAPR et de l’ERTMS, de supprimer 9 passages à niveau et de créer un raccordement direct à Serqueux (1,3 km) avec la ligne Rouen-Amiens.

 

Un investissement qui totalise pas moins de 250 M€. Les travaux ont été lancés en 2018 et ils devraient s’achever à la fin de 2020.

L’objectif est de créer itinéraire bis dédié essentiellement fret (25 trais/jour) entre Le Havre et l’Île-de-France. Avec un parcours qui évite le transit par Rouen via la ligne Montérolier-Buchy – Motteville préalablement rouverte et électrifiée. Itinéraire fret dont les retombées ne sont pas négligeables côté voyageurs. En effet, outre des relations TER redynamisées, c’est un nouveau parcours Paris – Gisors – Serqueux - Rouen électrifié de bout en bout qui est ainsi rendu possible en dépit d’un kilométrage un peu plus élevé.

 

 

*La partie terminale Serqueux – Dieppe a été fermée en 1988 puis déferrée. Sur les deux itinéraires Paris – Dieppe seul demeure le plus ancien - créé dès 1848 -  qui s’embranche à Malaunay sur la ligne (Paris) Rouen – Le Havre.  

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload