TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

Covoiturage à Nantes : 2€/passager versés au conducteur

14/11/2019

 

« Un automobiliste covoitureur devrait y gagner largement de quoi se payer un plein par mois ». En présentant le covoiturage tel que Nantes le propose à ses habitants à partir du 19 novembre 2019, Johanna Rolland, la maire (PS) de la ville, a mis l’accent sur le pouvoir d’achat, au moins autant que sur ses bénéfices environnementaux.

 

« C’est une des réponses à la diversité des besoins de déplacements sur notre territoire. Un quart des personnes en insertion n’ont aucun moyen de se déplacer », a-t-elle donné comme exemple.

 

Première traduction de cette préoccupation, l’automobiliste qui covoiture est rétribué 2€ par trajet et par passager, dans la limite de trois passagers par trajet. S’ajouteront 10 centimes par km effectué au-delà de 20 km.

 

L’automobiliste sera payé au fur et à mesure de ses trajets par la société des transports publics nantais (TAN), sur le compte bancaire qu’il aura indiqué à son inscription soit sur le site de Klaxit, le spécialiste du covoiturage, qui a développé le nouveau service pour Nantes, soit sur celui de la TAN.

 

C’est une version du covoiturage « très intégrée aux transports publics » que Nantes lance. Le covoiturage est gratuit pour ceux qui possèdent déjà un abonnement illimité aux transports publics. Il coûte le prix d’un trajet en transport public au détenteur d’une carte pour voyageur occasionnel, facturé en post-paiement.

 

Confirmation de Pascal Bolo, le président de la TAN : « Ce covoiturage sur courte distance s’ajoute aux autres services comme le vélo en libre-service que nous proposons déjà. C’est une nouvelle étape d’installation de notre MaaS qui se visualise à travers l’application TAN ». La recherche d’itinéraires de l’application va donc proposer des trajets en covoiturage en plus de ceux en bus et en tram, à partir du 19 novembre.

 

 

2500 points d’arrêt

 

Un détail, ils ne proposeront pas plus de 10 minutes de marche. Une cartographie de 2500 points d’arrêts de covoiturage dans les 24 communes de l’agglomération nantaise a en effet été établie par Klaxit.

 

Pour que le service atteigne un premier niveau d’efficacité, il faudra 5000 automobilistes inscrits, estime Klaxit. Un millier le sont déjà au terme d’une pré-campagne dans 500 entreprises (un tiers des emplois salariés de l’agglomération) déjà contactées. « L’accueil est bon. C’est ce qu’on attendait, nous y dit-on », selon le responsable de l’aide aux plans de mobilité des entreprises à Nantes Métropole. Dans la réalité, il va y avoir une période d’essais.

 

L’un des freins sera peut-être qu’un aller-retour en covoiturage par jour, pas plus, ne pourra être pris en compte. Davantage seulement à partir du 2e trimestre 2020, pour des raisons techniques et parce que la clientèle visée est d’abord celle des trajets domicile-travail.

 

Le grand bond du covoiturage est espéré à moyen terme, à partir de 2021, quand quatre grands axes routiers pénétrant dans Nantes comporteront un couloir qui lui sera réservé.

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload