Dernières actualités …

Ain : Tenay-Hauteville et Virieu-le-Grand retrouvent leurs TER

 

Des élus et des associations du département de l’Ain ont obtenu de la SNCF la réinstallation de 12 arrêts quotidiens de TER à Tenay-Hauteville, et de 9 à Virieu-le-Grand, à partir du service d’hiver qui commence le 15 décembre prochain.

 

Cela a été présenté comme une victoire de la solidarité entre associations d’usagers, élus locaux et autorité organisatrice. Arguant des travaux en gare de Lyon Part-Dieu, la SNCF avait, en avril 2018, informé de la suspension momentanée de l’essentiel de la desserte TER des deux gares, n’en laissant subsister que la portion congrue, conjointement à la mise en place d’un service de substitution par autocars.

 

Au cours de l’été dernier, pour beaucoup, il était clair que cette mesure temporaire semblait définitive. Une situation intenable pour les populations locales. La gare de Tenay-Hauteville dessert un bassin de population de 10 000 habitants environ, et celle de Virieu-le-Grand de 20 000 habitants.

 

La plupart d’entre eux se rendent pour des besoins d’emploi ou de formation vers Ambérieu ou vers les communes de la métropole lyonnaise. De son côté, on sait que la SNCF est très attachée à améliorer la rapidité de ses liaisons entre Lyon et Génève ou entre Lyon et Chambéry, là où sont justement situées les gares de Tenay-Hauteville et de Virieu-le-Grand. Un gain de temps de sept minutes, comme le souligne un représentant d’association.

 

Stéphanie Pernod-Beaudon, vice-présidente d’Auvergne-Rhône-Alpes invite à rester mobilisé. « Après cette première avancée, la prochaine sera de regagner encore un ou deux arrêts supplémentaires pour revenir à la situation de 2018, puis d’obtenir la réouverture de la gare de Tenay-Hauteville, pour laquelle ont été investis 160 000 €, avec l’organisation d’un réseau de transport public de rabattement vers les deux gares », prévoit-elle.

 

En revanche, l’élue régionale ne comprend pas la position de la SNCF qui veut maintenir parallèlement la desserte par autocars. « Un contre-sens économique et une erreur environnementale », conclut Stéphanie Pernod-Beaudon.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale