Dernières actualités …

Le projet Gare du Nord fait polémique

 

Une véritable levée de boucliers se manifeste contre le projet de transformation de la Gare du Nord depuis que ses grandes lignes ont été portées à la connaissance de l’opinion.

 

Ce projet, concocté par le groupe SNCF associé à Ceetrus, filiale du groupe Auchan, a l’ambition de créer un « lieu de vie ». Traduction de cette novlangue chère à nos décideurs, il s’agit surtout d’associer à la gare un grand complexe commercial et de bureaux (20 000 m2 au total). Une opération destinée à rentabiliser un espace urbain central où passent 700 000 voyageurs par jour.

 

Cette démarche, amorcée en France dès les années 1930*, s’est développé en Allemagne et surtout au Japon où, sous l’impulsion des compagnies ferroviaires, les gares ont été littéralement noyées dans de gigantesques complexes commerciaux et immobiliers, quitte à compliquer leurs fonctionnalités...

 

Le projet de la gare du Nord fait-il courir un tel risque ?  Associations d’usagers et riverains se sont inquiétés de ses conséquences sur les accès de la gare et des bouleversements liés aux travaux.

 

Désormais, c’est le tour d’un collectif de grands noms de l’architecture, de l’urbanisme et de l’histoire de l’art de tirer la sonnette d’alarme dans Le Monde du 4 septembre 2019, pour dénoncer à la fois « une grave offense aux usagers du transport [une] grave erreur urbaine [et un] projet inacceptable sur le plan patrimonial. D’abord, les usagers du transport sont pénalisés [puisqu’on leur] interdirait l’accès direct aux quais [en les obligeant] à traverser des espaces commerciaux au prix de parcours allongés et inutilement compliqués », et à emprunter des escaliers, des passerelles et des ascenseurs.

 

 

Ensuite, vouloir « implanter une telle masse de commerces et d’activités à la gare du Nord dans un ensemble fermé sur lui-même dans une zone déjà saturée de trafic [...] est une atteinte à la volonté de rééquilibrer les activités [...] dans l’espace du Grand Paris ». D’autant que « cette captation se fera au détriment des territoires desservis par la gare ».

 

Enfin, « ce projet est inacceptable sur le plan patrimonial ». Outre qu’il prévoit de « raser la lumineuse gare d’échanges créée en 2001 (à l’est du bâtiment historique en remplacement d’un hideux parking, NDLR), il dénature complètement le volume magique des halles d’Hittorf (architecte de la gare de 1864, NDLR) en raison de la création de dalles et de passerelles ».

 

Enfin, toujours selon ce collectif, il est impossible de réaliser les travaux avant les J.O. de 2024, puisque « la Gare du Nord est la plaque tournante des transports d’accès aux grands sites du nord de Paris et au village olympique ».

 

Un objectif qui paraît en effet fantaisiste alors que, dès 2022, « les flux devraient encore augmenter avec la mise en service  de la branche ouest du RER E ».

 

 

* Sous l’impulsion de Raoul Dautry, directeur du réseau de l’État, un complexe de magasins avec un cinéma est créé lors de la modernisation de la gare Saint-Lazare. Agrandie en 1931, la Gare de l’Est est  dotée d’une galerie commerciale.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale