Dernières actualités …

La LOM et les nouvelles infrastructures et l’Atlas TDIE

 

Fidèle à sa vocation de « boîte à idées », l’association TDIE (Transport-Développement – Intermodalité - Environnement) qui réunit des élus de toutes appartenances, des experts et des décideurs, a organisé un débat le 3 juillet 2019 au nouveau siège de la Région Île-de-France à Saint-Ouen.

 

Débat essentiellement centré sur le rôle de la LOM dans le choix des nouvelles infrastructures de transport. Après une présentation de Louis Nègre et de Philippe Duron, les co-présidents de TDIE, sont notamment intervenus Barbara Pompili, ancienne Secrétaire d’État chargée de la Biodiversité et présidente de la Commission du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire à l’Assemblée nationale, et Olivier Jacquin, Sénateur de Meurthe et Moselle. En dépit de leurs divergences d’appréciation, ils ont remarqué l’absence actuelle de financements de la LOM.

 

« Comme loi de programmation, à la différence du budget de la Défense », ajoutait Louis Nègre. En tout état de cause, la LOM s’avère être un véritable « changement de paradigme comme le fut la LOTI  en son temps »,  selon Philippe Duron.

 

Au-delà du débat, l’évènement était marqué par le nouveau document produit par TDIE distribué aux participants. Ce sera sans doute un futur usuel incontournable pour qui s’intéresse au développement des infrastructures de transports. 

 

Sous l’intitulé « Atlas TDIE », il propose une « approche renouvelée des infrastructures de transport », tant dans leur développement que dans leurs utilisations, LOM à l’appui. En offrant - tradition TDIE oblige - une cartographie synthétique des projets exposés mode par mode avec  l’ambition de présenter un « premier bilan du XXIe siècle » débutant !

 

Il concerne les réalisations, les projets issus de « Mobilité 21 » et ceux analysés par le Comité d’Orientation des Infrastructures (COI), sans oublier ceux qui restent à l’étude, ainsi que le réseau Grand Paris Express qui s’est ajouté à l’ensemble.

 

On peut également noter une synthèse originale (chiffres OCDE) de la part respective de répartition des investissements entre le rail et la route en France de 2000 à 2015. Partis d’une proportion de 81% pour la route et de 19% pour le rail, il aura fallu attendre 2013 pour que la parité s’installe…

 

Inscrivez-vous à la newsletter de Mobilités Magazine

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale