Dernières actualités …

Adieux du réseau ferré belge aux derniers signaux mécaniques

Fin d’une époque sur les rails de Belgique et une première en Europe. Fin juin 2019, Infrabel (équivalent de SNCF Réseau) a  supprimé ses derniers signaux électromécaniques.

 

Il s’agissait des sémaphores généralisés après l’unification des réseaux de l’État et de diverses compagnies privées, opération qui avait fait naitre la SNCB en 1926. Alors que le Nord belge*, qui exploitait près du cinquième du réseau, ne sera inclus dans  la société nationale belge qu’en 1940.

 

Les signaux mécaniques ont été supplantés par les signaux automatiques lumineux installés massivement à partir des années 1950.

 

C’est à Tertre, près de Charleroi, qu’Infrabel a supprimé son dernier signal mécanique. Un héritage technique qui n’est pas perdu, puisque ce signal, soigneusement démonté a été réinstallé sur la ligne ferroviaire touristique du Chemin de fer du Bocq. C’est la partie subsistante quelque peu montagneuse d’une ancienne ligne SNCB fermée en 1982 qui parcours une pittoresque vallée de l’Ardenne, près de Namur.

 

Une ligne réhabilitée à partir de 1992 par une association qui l’exploite sur 25 km et y fait rouler des matériels vapeur et diesel restaurés par ses adhérents.

 

 

* Cette filiale du Chemin de fer du Nord français, qui, lui, avait été précédemment nationalisé en 1937 lors de la création de la SNCF,  gérait la plupart des voies ferrées de l’Est de la Belgique dans le bassin liégeois et namurois comme dans la région de Charleroi…

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter de Mobilités Magazine

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale