TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

Autonomie et MaaS : le temps des (très) grandes manœuvres

Cela ressemble à un simple communiqué financier : l'entreprise japonaise Monet Technologies Inc. a conclu un accord industriel et financier le 28 juin 2019 avec le groupe SoftBank Corporation et l'ensemble des constructeurs de l'archipel.

 

Parmi les investisseurs de tête, outre la SoftBank Corporation (pour 1 005 millions de yen) figurent le géant Toyota (34,8%, soit 995 millions de Yen) et ses alliés comme Hino Motors (10%) Daihatsu (2%) ou Subaru Corporation (2%). Mais il est, industriellement, bien plus vaste, puisque tous les constructeurs japonais participent à cet accord, ce qui inclut Honda, Suzuki, Isuzu et Mazda. Hino et Honda ayant d’ores-et-déjà annoncé de futures hausses de leurs représentation dans l'actionnariat de Monet technologies.

 

Détail qui n'en est certainement pas un : seuls Nissan et Mitsubishi sont exclus de cette opération. Une mise à l'écart des potentiels « gaijins » (étrangers) de l'Alliance Renault-Nissan ?

Tout ça pour faire quoi ? Le communiqué de Mazda Automobiles évoque les programmes de Monet Technologies autour du MaaS et des véhicules autonomes.

 

Junichi Miyakawa, Président et P-DG de Monet Technologies, évoque : « En complément de ceux conclus avec Toyota, Hino et Honda, nos nouveaux partenariats conclus avec Isuzu, Suzuki, Subaru Daihatsu et Mazda nous permettront d'accéder aux données de leurs véhicules et services de mobilité en coopération avec la plateforme de Monet. Pour construire autour du véhicule autonome une plateforme et des services MaaS de haut niveau, il est essentiel d'intégrer un grand nombre de données, et ces partenariats vont accélérer nos développements dans la construction de ces activités qui constituent l'objectif de Monet. Monet va utiliser les données de chacun d'entre eux, et profiter de l'effet de levier procuré par leur connaissance de l'industrie automobile, ses réseaux et ses fournisseurs. Ensemble, avec nos partenaires, nous allons travailler à la réalisation et à la diffusion des services innovants de mobilité à même de résoudre les enjeux de la mobilité au Japon (…) ». Et probablement ailleurs, vu les moyens mis en œuvre...

 

Il ne reste qu'à espérer, pour nous, pauvres Européens, que l'alliance technologique japonaise ne se lie jamais aux ambitions, intérêts et moyens des Chinois, sans quoi la puissance asiatique pourrait bien s’imposer définitivement dans le monde des véhicules autonomes et des services individualisés de mobilité.

 

Incrivez-vous à la newsletter de Mobilités Magazine

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload