Dernières actualités …

A Nantes, Johanna Rolland mise sur la gratuité

18/06/2019

Johanna Rolland estime déjà avoir « accéléré la transition écologique » pendant son premier mandat. Elle est ici dans bus électrique nantais, lors de sa présentation en décembre dernier.

Johanna Rolland, la maire de Nantes, s’approprie le thème de la gratuité des transports pour se faire réélire aux prochaines élections municipales, mais uniquement le week-end ! Une telle mesure coûtera 15 M€, là où la gratuité totale en coûterait 70, et Johanna Rolland ajoute 20% de baisse du prix des abonnements.

 

Même si François de Rugy, le ministre LREM de l’écologie (et nantais) a immédiatement dénoncé la « fuite en avant budgétaire », les opposants locaux, LR ou LREM, vont avoir du mal à… s’opposer à ces mesures-là comme à la dynamique électorale qu’elles sous-tendent. 

 

Très logiquement, la maire sortante accompagne ces annonces - dans le quotidien Ouest-France - d’une main tendue aux écologistes. Pas fou, dans une ville où Yannick Jadot, avec 24,36% obtenus aux élections Européennes, a réalisé un score presqu’aussi élevé que LREM (26,34%).

 

« Je ne serai pas la candidate d’un parti mais d’un projet de gauche et écologique », lance la maire PS, en arguant avoir « déjà accéléré dans ce mandat sur la transition écologique ». De quoi convaincre la chef locale des écologistes de renoncer, comme elle l’avait annoncée et à partir seule au combat électoral pour décrocher la place de maire ? 

 

En tout état de cause, la maire actuelle ne cesse de s’y employer. Une semaine avant sa « promesse choc » dans Ouest-France, elle avait présenté le « plan transports » de son « futur » mandat. Cinq mesures : deux nouvelles lignes de tramway dont l’une grâce à un pont élargi sur la Loire ; l’île de Nantes, au centre de la ville desservie dès le printemps par un bus à haut niveau de service en site propre (Chronobus) ; un nouvel axe structurant de transport en commun dans le sud-ouest engorgé de la ville ; le passage au-delà du périphérique, vers les vignobles du Muscadet, de l’e-busway électrique ; l’accélération, au Nord-Est, de la traversée de l’affluent de la Loire par le tramway en vue de desservir au plus vite par là-aussi (en plus d’un premier tramway) les universités. 

 

Des projets que ne peuvent renier les écologistes. Mais la présentation était effectuée en présence de maires de l’agglomération de gauche et… de droite. A Nantes, il n’y aura pas de trêve estivale dans la campagne électorale.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale