Dernières actualités …

Metropolitrain : paroles d’exploitant

 « Le citadin est d’abord un voyageur en mouvement perpétuel » : l’auteur de cette réflexion sait d’expérience de quoi il parle. En effet, il s’agit d’Alain Krakovitch, le directeur de SNCF Transilien.

 

Dans un ouvrage qui vient de paraître, le patron SNCF de l’Île-de-France livre ses réflexions  sur le train et son rôle dans la région-capitale. Réflexions nombreuses et nourries d’autant que ce sont également celles d’un usager devenu cheminot « passé de l’autre côté du miroir ».

 

Ce qui lui permet de décrire une réalité quotidienne aux multiples aspects, en mettant en scène des personnages de voyageurs dont les trajets, avec leurs aléas à répétitions, illustrent la complexité des situations.

 

Le texte fourmille aussi d’explications techniques qui ne se transforment pas pour autant en plaidoyer de l’entreprise SNCF, en dépit d’un rappel aux réels décideurs et organisateurs du réseau, État et Région.

 

Car ces stratèges d’aujourd’hui sont aussi des  héritiers, « pour le meilleur et pour le pire de décennies de choix politiques, industriels et urbanistiques », notamment fonctionnels et de configuration de réseaux qui, à l’usage, se sont révélés peu fiables et surtout en manque de prospective.

 

En témoignent les structures multi branches des RER C et D qui obligeront dans l’avenir « à redessiner le réseau, car une ligne ne doit pas compter plus d’une bifurcation ». Face à une « longueur des lignes qui devient contre-productive », Alain Krakovitch met en avant des solutions de débranchement et de « métroïsation », outils privilégiés de la robustesse. Qui seront concrétisées par le « système d’exploitation par recouvrement » du RER E prolongé à l’ouest.

 

 La complexité du réseau francilien, second de ce type au monde après celui de Tokyo, nécessite des solutions à la mesure de son gigantisme, notamment en raison d’un fonctionnement marqué par « les pics journaliers et saisonniers ».

 

Millions d’habitants et milliards de déplacements, c’est le mass transit, selon l’appellation anglo-saxonne. « Cet exceptionnel au quotidien » pour lequel l’auteur a l’ambition de nous convaincre, exposé coûts/avantages à l’appui, que le train est la véritable « colonne vertébrale de la zone dense », avec un tableau exhaustif des projets franciliens.

 

L’occasion - nous y reviendrons - de développer un argumentaire très nourri sur les « risques de la séparation trop forte entre gestionnaire (du réseau) et exploitant » dans ces mêmes zones denses.  Il en profite aussi pour tordre le cou à quelques idées reçues ou aux rêveries de science-fiction.

 

Qu’il s’agisse  de la voiture autonome, « mirage » dont les limites restent celles des capacités d’une voiture engluée dans le trafic, puisqu’« un embouteillage de voitures autonomes restera un embouteillage ». Tandis que les taxi-drones  ne peuvent être ici « qu’un complément à la mobilité collective »…

 

* Alain Krakovitch, « Metropiltrain », collection Sens, Éditions Débats publics, 2019 ;  187 pages. www.debatspublics.com

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale