Dernières actualités …

Les Hauts-de-France s’engouffrent dans la concurrence TER

Le vote du Conseil régional des Hauts-de-France sur l’ouverture à la concurrence des TER intervenu le 25 avril 2029 n’offre aucune surprise en raison de la composition politique de l’assemblée, mais c’est la rapidité de mise en œuvre du processus qui étonne.

 

Il n’aura fallu que deux jours depuis l’annonce de Franck Dhersin, vice-président du Conseil régional chargé des Transports, le 23 avril pour voter la décision et lancer la « pré-information » des appels d’offres d’ici avril 2020, qui enclenchera la démarche d’attribution des liaisons en octobre 2021 et les lancer en décembre 2022, à l’entrée en vigueur de l’horaire 2022-2023.

 

 

L’objectif est d’ouvrir à la concurrence 20% de l’offre, qualifiée de « ticket détachable » dans la future convention TER SNCF-Région valable jusqu’en 2024. Le réseau régional a été découpé en dix séries de lignes couvrant des ensembles territoriaux et trois axes particuliers*.

 

Reste que la démarche laisse perplexe. Puisqu’elle se fonde sur la médiocrité de l’offre SNCF, les retards (20 % des trains) annulations et pannes. Mais aussi sur « les lignes menacées de suppression » comme sur « l’état des lignes ». Des défauts liés au réseau et pour lesquels le changement d’opérateur ne peut guère apporter de mieux…

 

*Paris-Beauvais, Paris-Amiens/Saint Quentin (ex-TET) et Paris Laon sont identifiées séparément. Comme le complexe ferroviaire lillois.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale