Dernières actualités …

Lyon : Indigo Weel met de l’ordre dans son free floating

A Lyon, le vélo prend de l'importance dans les déplacements urbains. Avant que les incivilités poussent les collectivités à envisager des mesures de taxation, comme récemment à Paris, Indigo Weel anticipe et préfère prendre des mesures pour limiter une utilisation sauvage.

 

Année après année, la pratique du vélo continue de progresser sur le territoire métropolitain. En 2018, elle a augmenté dans l’agglomération lyonnaise de 10% par rapport à 2017, avec 25 millions de passages vélos recensés. Cette progression se traduit notamment pour le service Vélo'v, l'opérateur historique depuis 2005, par une augmentation du nombre d'abonnés longue durée, passé de 68 600 fin 2017, à 76 000 fin 2018.

 

 Cette évolution valide l'ambition de la Métropole de Lyon, qui a pour objectif la réalisation de 1 000 kilomètres de voies cyclables, à l'horizon 2020. Mais ces comportements cyclistes ne sont pas sans en produire d’autres, peu compatibles avec les autres modes de déplacement, piétons et autos notamment. Sont ainsi visées les déposes sauvages, que ce soient les trottinettes, les vélos ou autres scooters.

 

Après 12 mois d'exploitation, en collaboration avec la ville de Lyon, Indigo Weel a décidé de prendre les devants et de faire évoluer ses règles de stationnement.

 

Dorénavant, l'exploitant exigera de ses clients que les vélos soient stationnés à des endroits non dérangeants pour les autres utilisateurs de la voirie. Un tout nouveau cadenas, équipé d'une tige en acier, permettra, en outre, de réduire le vandalisme et d'améliorer la disponibilité des vélos. L'opérateur annonce qu'il équipera rapidement une majorité de ses vélos.

 

Indigo Weel va demander à ses clients de garer leur vélo sur du mobilier urbain (exemple arceaux) et de prendre une photographie présentant clairement le numéro de série, avant de terminer chaque location. Elle sera analysée par le service client. « Nos clients devront garer les vélos sur les parkings référencés sur l'application mobile », précise Indigo Weel.

 

Selon l'opérateur, l'objectif principal est d'améliorer les conditions de stationnement des vélos et de réduire les troubles occasionnés. Et aussi d'éviter la mise en place d'une taxation, comme celle envisagée à Paris.

 

Le 21 mars 2019, sans attendre la Loi d'Orientation des Mobilités qui n'en finit pas de prendre du retard, la Mairie de la Capitale a en effet décidé la mise en place d'une redevance sur les mobilités en free floating (sans station et sans point d'attache). Elle visera donc les trottinettes, vélos et scooters, avec des tarifs s'échelonnant entre 20 et 78€, par appareil.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale