Dernières actualités …

Châteaubriant : train de l’après Notre-Dame-des-Landes

21/03/2019

C’est la première compensation locale pour l’abandon de Notre-Dame-des-Landes. Dans le Nord de la Loire-Atlantique, Châteaubriant, qui comptait sur le nouvel aéroport, va récupérer une liaison ferroviaire vers Rennes pour faciliter ses liaisons en TGV vers Paris. L’annonce en a été faite le 15 mars 2019.

 

 

Vers Rennes

 

Concrètement, 26 km de ligne ferroviaire existants mais interdits à la circulation depuis deux ans, compte tenu de l’état de la voie, vont être refaits. Le chantier est anticipé grâce au contrat de compensation signé par l’Etat à la Région des Pays de la Loire. Il coûte une grosse vingtaine de millions d’euros. L’Etat en prend 1,5 à sa charge. La Région des Pays de la Loire avance l’argent, en plus de sa propre contribution, pour accélérer les choses.

 

C’est ainsi qu’après avoir disparu en décembre 2016, le train devrait refaire son apparition entre Châteaubriant et Rennes avant le milieu de la prochaine décennie. Dans les derniers temps, le train effectuait cinq allers-retours par jour, circulations toutes reportées aujourd’hui sur la route et effectuées en car. Cette ligne installe Châteaubriant dans l’orbite de Rennes. Retiers, la commune jusqu’où va la portion de ligne à refaire est considérée comme périurbaine de Rennes.

 

 

Le pendant du tram-train vers Nantes

 

Châteaubriant va donc rééquilibrer au début des années 2020 ses liaisons ferroviaires tournées vers le Sud, grâce à un tram-train vers Nantes. Même si, depuis sa mise en service en 2010, il a multiplié les pannes, dont une inexplicable paralysie due au givre, l’hiver, à l’abord d’une rivière.

 

Christelle Morançais, présidente de la Région des Pays de la Loire, en compagnie d’Alain Hunault, maire de Châteaubriant, a accéléré la remise en état de la ligne (Photo Région Pays de la Loire - Ouest Médias).

 

 

Le trop faible nombre de circulations et la puissance limitée à 750 volts sur cette portion urbaine, dans l’agglomération nantaise, ne permettent pas de le faire fondre. Fin février, le vice-président aux transports de la Région des Pays de la Loire a dû encore se fendre d’une lettre aux maires de la ligne pour expliquer les efforts entrepris pour y remédier.

 

SNCF réseau a fini par installer une résistance chauffante. Là aussi, les circulations (8 allers-retours par jour) ont été reportées sur la route. Autre inconvénient pour espérer en développer intensément le trafic, ce tram-train ne dépasse pas les 70 km/h. Mais grâce à lui, Châteaubriant reste dans l’environnement de la capitale économique de l’Ouest qu’est Nantes. Simplement, pour rejoindre Paris, dans les années à venir, sauf à sauter dans un avion à l’aéroport pas très éloigné de la banlieue de Rennes, les habitants de Châteaubriant iront prendre le TGV en gare de Rennes.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale