Dernières actualités …

Les trains de nuit, oubliés de la LOM

 Le collectif « Oui au train de nuit » veut profiter du lancement du débat sénatorial le 7 mars 2019 sur la Loi d’Orientation des mobilités (LOM) pour  mettre la question sur la table.

 

Il estime que le train de nuit est un vecteur d’aménagement des territoires quand que le TGV est - paradoxalement - « limité en distance » donc pertinent au-delà « d’un voyage de deux-trois heures qui permet de parcourir 500 à 750 km ».

 

Pourtant, selon ce collectif, « voyager durant notre sommeil permet des trajets de 6 à 12 heures sans perte de temps pour parcourir ainsi 1000 à 1500 km (ce qui fait que) le train de nuit nous mène deux fois plus loin que le TGV » !

 

« Cela fait quarante ans qu’on a pas investi dans du matériels neuf pour les trains Intercités de nuit », constate-t-il, en relevant toutefois positivement que l’État a décidé de « financer la rénovation de 65 voitures-couchettes pour les prolonger jusqu’en 2013 ».

 

Pour « Oui au train de nuit »,  un investissement plus important est nécessaire afin de « recréer un parc de 700 voitures-couchettes reliant les régions éloignées. (Puisque) des temps de trajet de 5 à 10 heures sont toujours d’actualité sur les transversales et pour connecter l’Hexagone dans l‘Europe ».

 

Exemple des ÖBB autrichiens à l ‘appui, qui maillent l’Europe de relations de trains de nuit, le collectif estime « qu’en oubliant cette mobilité peu énergétivore, la France risque de rater le train du climat »…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale