Dernières actualités …

Rennes : changement d’échelle contre la voiture en solo

13/02/2019

 

Dans son nouveau plan de déplacements urbains (PDU 2019-2030), Rennes (445 000 habitants) allège à terme son quotidien en automobile en ayant cherché le maximum d’utilisations de l’existant plutôt que d’investir dans de nouvelles infrastructures.

 

Cela se comprend… après plus d’un milliard d’euros dépensés dans la deuxième ligne de métro qu’elle inaugure l’an prochain. Mais elle donnera alors le top départ à un changement d’échelle, pour se convertir à d’autres mobilités que la voiture en solo.

 

Le PDU prévoit un travail avec les acteurs de tout son bassin de mobilités, le « Pays de Rennes » (77 communes), bien au-delà des 43 communes de son agglomération. Objectif trouver le « mix » de mobilités optimal pour chaque territoire. En coopération, entre autres, avec la Région pour le TER.

 

En ce qui concerne la voiture, le PDU veut mettre fin à la congestion de son périphérique, en « captant » les automobilistes bien en amont sur les parkings-relais de ses transports collectifs circulant sur voies réservées dans pas moins de 11 directions différentes. Il mise également par le covoiturage circulant lui aussi sur voies réservées.

 

Rennes veut aussi faire « la métropole à vélo », un réseau express a vélo pour enjamber le périphérique, en particulier à l’aide d’un vélo électrique dont elle a déjà confié 1800 exemplaires à louer à sa société de transports (STAR, filiale Keolis).

 

Tout cela s’appuie sur un réseau de transports publics et des voiries plus hiérarchisés que jamais, jusqu’aux cheminements pour la marche.

 

Enfin le PDU prévoit, dès cette année, le déploiement d’un grand nombre « d’ambassadeurs » de la mobilité chargés d’accompagner le plus grand nombre possible de gens dans leur changement de comportement en matière de mobilité.

 

Grâce à un nouvel effet métro à partir de 2020, Rennes espère aussi passer de 13,7 à 16% de ses déplacements en 2030, en transports collectifs. Il confie au vélo (3,7% en 2018, 9% visés en 2030) l’un de ses plus grands espoirs d’évolution. Mais, pari ambitieux, c’est l’automobile, qui représentait 48,5% des déplacements en 2018, qu’il espère convertir pour la faire descendre à 40% en 2030.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

17/11/2019

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale