Dernières actualités …

Lyon-Nantes et Nantes-Bordeaux : quelle concurrence ?

L’ouverture à la concurrence des relations Inter Cités Lyon-Nantes et Nantes-Bordeaux accélère un processus qui aboutirait dès 2020 à l’établissement d’un cahier des charges, suivi en 2022 d’un appel d’offres, puis de la désignation d’un exploitant. Rappelons qu’en vertu d’une directive européenne, la SNCF perdra son monopole en 2019.

Ce sont les premières relations Trains d’Équilibre du Territoire restées dans le giron de l’État* à bénéficier d’un nouveau matériel, les rames bi-modes Coradia Liner. Commandés en 34 exemplaires à Alstom par l’État pour le compte de la SNCF, ces matériels seront-ils proposés à un autre exploitant ?

 

Les performances ne dépendent pas que des matériels. Et si le cahier des charges exige une offre étoffée avec un cadencement complémentaire à l’offre TER empruntant des sections des lignes, cela ne règlera pas plus les problèmes d’infrastructures.

 

Celles-ci sont en effet à améliorer sur Lyon-Nantes où la section Lyon-Saint-Germain-des-Fossés, partie la plus difficile de la ligne avec ses rampes de 26‰, qui n’est pas électrifiée.

 

Elles doivent aussi être profondément modernisées sur Nantes-Bordeaux, où le délabrement de la section La Roche-sur-Yon-La Rochelle (102 km sur 376) oblige à des ralentissements à 40 km/h !

 

________________________________________

(*) Les autres sont Paris Toulouse, Paris-Clermont-Ferrand, Bordeaux -Toulouse-Marseille et Toulouse-Hendaye, et les relations de nuit Paris-Toulouse-Latour-de-Carol/Rodez et Paris-Briançon.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale