Dernières actualités …

L’image de la réforme du rail se ternit en Allemagne

Alors que les fondamentaux de la réforme du rail semblaient fixés sur l’exemple allemand (quitte à faire en trois mois ce que nos voisins ont concocté en… trois ans !), la complexité et la mouvance du réel rattrapent le modèle. 

 

En dépit d’une politique constante de soutien de l’État et des Länder au mode ferroviaire, l’opérateur historique, qui reste dominant, accumule les dettes (20 Mds€ actuellement). Mais aussi et surtout, il n’offrirait pas le service attendu, principalement en accumulant les retards de trains avec 15% en moyenne voire plus. 

 Une situation qui, il est vrai, est liée à une offre exceptionnellement dense en raison d’un cadencement qui est généralisé au minimum à l’heure sur toutes les lignes, ce qui, rapporté au réseau ferré français, conduirait à quasiment doubler l’actuelle offre TER de la SNCF !

 

Mais en Allemagne il semble que les limites de la réforme ferroviaire de 1994 soient désormais atteintes. Économiquement et aussi politiquement, puisque la Grande coalition (droite-gauche CDU-SPD) s’inquiète de la situation, dans la mesure où les critères de privatisation - et de l’entrée en bourse, stade suprême s’il en est - de l’opérateur historique allemand ne sont pas toujours remplis. 

 

Et la décentralisation-sectorisation extrême de l’entreprise, avec la multiplication des « filiales sœurs » du groupe, conduit finalement à des coûts de gestion et coordination de plus en plus élevés… 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale