Dernières actualités …

CO2 : le Parlement Européen inquiète l'ACEA

L'ACEA* s'alarme du résultat du vote en assemblée plénière du Parlement Européen relatif aux objectifs de baisse des consommations assignés aux constructeurs de véhicules industriels.

 

L'association est en effet particulièrement inquiète des objectifs de réduction d'émissions de CO2, excessivement agressifs, votés le 14 novembre 2018 à une étroite majorité par les parlementaires européens : -20% d'ici 2025 et -35% d'ici 2030. 

 

« Ces objectifs dépassent et vont bien au-delà de la proposition faite par la Commission européenne en mai dernier, laquelle était déjà très exigeante », relève Erik Jonnaert, Secrétaire général de l'ACEA. Le vote du parlement européen pose problème en raison, principalement, du calendrier : « La R&D et les méthodes de production de l'industrie européenne du véhicule industriel pourraient être négativement impactés par ces objectifs, pour lesquels la proximité des échéances ne correspond tout simplement pas aux longs cycles de développements de ces véhicules » poursuit-il. 

 

 

Dans la foulée, le Parlement Européen a inscrit un système comparatif ouvrant la voie à un système de malus pénalisant les constructeurs qui ne vendraient pas assez de véhicules très faibles ou zéro émissions. « Les députés européens semblent manifestement ignorer le fait que le potentiel d'électrification d'une flotte de véhicules industriels est bien plus faible que pour les automobiles, ceci en raison de problèmes de coûts d'acquisition infiniment plus élevés, d'autonomie limitée, d'insuffisance des infrastructures - particulièrement sur les grands axes - sans compter les réticences des clients ». 

 

L'ACEA rappelle que ses membres sont disposés à relever ces défis environnementaux, tant qu'ils ne remettent pas en cause l'industrie européenne. Nombre de constructeurs sont d'ailleurs déjà engagés dans ce processus. 

 

Ultime (et faible) lueur d'espoir de l'ACEA : que les gouvernements nationaux aient une approche plus équilibrée des objectifs d'émissions de CO2. Pour ce qui est de la France, certains craignent qu'une vision rationnelle et raisonnée de ce sujet ne soit peine perdue. Les mêmes doutent en effet qu’avec un Premier ministre qui fut longtemps en charge des relations institutionnelles d'Areva, l'électrique ne puisse être autre que fantastique…

 

*European Automobile Manufacturers' Association.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale