Dernières actualités …

Network Rail s’attaque à l’accord Alstom-Siemens

Fin octobre 2018, Andrew Haines, directeur-exécutif de Network Rail,  gestionnaire des infrastructures ferroviaires britanniques, a adressé une lettre à Margrethe Westhager, responsable des services de la Concurrence de la Commission européenne. 

 

Il s’agissait de lui demander de  bloquer l’accord de fusion en cours entre Alstom et Siemens, au motif qu’en 2016-2017,  « 93% des marchés de signalisation du réseau ferré britannique » étaient détenus par les deux groupes réunis. 

 

Aussi, le dirigeant de Network Rail demande qu’avant la fusion, Siemens puisse se séparer de son unité dite « Siemens Mobility », spécialisée dans les systèmes de signalisation, de contrôle-commande des trains et de gestion des circulations.

 

 

Cette sorte de dernier coup d’éclat ferroviaire britannique avant le Brexit est opportunément assortie du rappel au sacro-saint dogme de la « concurrence libre et non faussée », si cher à la Commission européenne, une position finalement moins économique et commerciale qu’idéologique. 

 

Ce point de vue a toutefois l’inconvénient majeur d’oublier que cette concurrence est mondiale et que, dans le marché  - tout aussi mondial de l’industrie ferroviaire -  le géant Chinois CRRC est à lui seul plus important qu’Alstom, Bombardier et Siemens réunis.

 

En tout état de cause, c’est le 28 janvier 2019 que les services de la Concurrence de la Commission européenne devraient donner leur avis sur la fusion entre Alstom Transport et Siemens…

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale