Dernières actualités …

Les opérateurs de la mobilité partagée créent un Fédération

Huit opérateurs de la mobilité partagée ont créé une Fédération en octobre 2018, lors du salon de l’Auto de Paris. L’objectif : être mieux représentés auprès des pouvoirs publics et prendre part au débat quant à la future loi sur l’organisation des mobilités.

 

Ils sont huit et veulent avoir leur mot à dire quant aux décisions législatives qui seront prises dans le cadre de la future loi sur l’organisation des mobilités. Ces huit opérateurs développent des services de mobilité partagée en France, tels que le covoiturage, l’autopartage, la location véhicules en libre-service. 

 

Pour se structurer, ils se sont regroupés sous l’égide d’une fondation, dont la création a été annoncée en octobre 2018, lors du salon de l’Auto de Paris. Les membres fondateurs sont Wimoov, Travelcar, Karos, Clem’, Citygo, Cmabulle, Hopways, Zouzoucar. Cette fédération a pour vocation d’en regrouper une quarantaine.

 

« La mobilité est un secteur qui a été beaucoup chamboulé ces cinq dernières années avec l’émergence des VTC, des cars Macron et tous les nouveaux modes de déplacement partagés », rappelle Patrick-Robinson Clough, fondateur et P-dg de Citygo. « Aujourd’hui les solutions de mobilité historiques tel que le transport public et les solutions innovantes se mélangent et les nouveaux acteurs de la mobilité ne sont pas très structurés ».

 

Pas très encadrés non plus avec l’émergence de nouvelles solutions de déplacement : vélos en free floating, trottinettes, ainsi que toute la gamme des engins légers quels que gyroskate, gyropode ou gyroroue. « Ces nouvelles solutions n’existaient pas il y a deux ou trois ans. Il faut donc établir des règles d’usage ». 

 

Promouvoir les mobilités partagées

 

Notamment au moment où le gouvernement planche sur la future loi d’orientation des mobilités. « Notre fédération est désormais le porte parole des acteurs de la mobilité partagée face aux pouvoirs publics, mais aussi face au lobby des opérateurs historiques de transport public qui ont tendance à vouloir tirer la couverture à eux ». 

 

Cette Fédération souhaite également promouvoir ces nouveaux services de mobilité partagée qui visent, entre autre, à améliorer les modes de vie, réduire la pollution, limiter l’usage de la voiture solo en milieu urbain. Ces acteurs mettent également en avant un critère économique au regard du partage des coûts. 

 

« L’écosystème parle beaucoup des mobilités partagées, mais l’usager est un peu perdu et ne sait plus trop où donner de la tête avec toutes les solutions qui émergent. Nous souhaitons donc les aider à faire le bon choix en fonction de leur besoin de déplacement », explique Patrick-Robinson Clough.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale