Dernières actualités …

Bilan mitigé pour les tarifs incitatifs des TCL

Durant trois jours, les 6, 7 et 8 août, un dispositif tarifaire incitatif a été mis en place pour faciliter l’accès aux transports en commun lyonnais, dans le cadre d’un pic de pollution. Son efficacité s’est montrée relative.

 

En fonction d’un seuil d’alerte établi par les relevés de la qualité de l’air dans l’agglomération lyonnaise, en début du mois d’août, c’est le préfet qui a décidé de l’application des mesures de préservation de l’environnement. 

 

Elles consistent en une diminution de la limitation de vitesse de 20 km/h, et en la mise en place de la circulation différenciée. Seuls peuvent circuler les véhicules porteurs de la vignette Crit’air d’un niveau inférieur à 3. Parallèlement, le Sytral, autorité organisatrice des transports en commun lyonnais, en collaboration avec l’exploitant du réseau Keolis, a opté pour un dispositif d’incitation tarifaire, tel qu’anticipé lors du comité syndical du 21 juillet.

 

Il consiste en un tarif préférentiel de 3€, valable l’ensemble d’une journée, c’est-à-dire moins cher que le tarif habituel (5,6€) ou de deux billets (3,6 €). « Non pas la gratuité, comme cela a pu être le cas dans certains réseaux, car ce serait inéquitable par rapport à nos 455 000 abonnés, et trop couteux. Dans le même temps, nous avons renforcé l’offre de transport en élargissant la période de  pointe », justifie Jérôme Berthonneau, directeur d’exploitation de Keolis Lyon.

 

« A Lyon, une journée de gratuité est estimée à 400 000€, et l’augmentation de trafic escomptée se situerait entre 3 et 4% », estime Jérôme Berthonneau. Tirant le bilan des trois jours d’application de la mesure pour sa première application, il ajoute : « 25 000 tickets à 3€ ont été vendus, représentant 17% des tickets vendus à l’unité ». 

 

Un coût finalement peu élevé car, à cette époque de l’année, le réseau lyonnais n’est pas très sollicité et la circulation automobile n’est pas très dense non plus. « A cette époque, nous disposons des ressources nécessaires pour accroître notre offre », précise Jérôme Berthonneau. Un épisode de test, donc. Car les conditions de déclenchement sont surtout liées, non pas à la chaleur, mais davantage à l’ensoleillement et à l’absence de vent. 

 

Compte tenu des évolutions climatiques prévues par les météorologistes, il est donc envisageable qu’un prochain épisode se produise en dehors de la période estivale, au moment où le réseau sera davantage sollicité, et où la circulation automobile sera plus dense dans l’agglomération et ses accès.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale