Dernières actualités …

Quelle nouvelle vie pour les trains de nuit ?

Le 22 septembre 2018, le déplacement officiel à Briançon d’Élisabeth Borne, ministre des Transports, a donné un peu d’espoir aux partisans des trains de nuit. La ministre a en effet emprunté l’un des derniers services de ce type qui subsistent désormais dans l‘offre SNCF pour se rendre dans les Hautes-Alpes. Ce qui a été une occasion politique pour annoncer la pérennisation de l’offre sur la base de la prolongation du conventionnement État-SNCF au-delà de 2020, avec un financement à hauteur de 30 M€ destiné à la rénovation des rames. 

 

 

Tout en annonçant la recherche de solutions pour amplifier  une offre… précédemment réduite à sa plus simple expression selon un véritable démantèlement orchestré, puisque seules demeurent, côté SNCF, deux des huit relations existantes encore fin 2017 après une – forcément - infructueuse tentative d’appel à candidatures. 

 

Outre la relation Paris-Briançon, reste celle entre Paris, Toulouse, Latour-de-Carol avec ses deux antennes vers Rodez et vers Hendaye. Tandis que Thello, filiale de Trenitalia, assure une relation nocturne Paris-Milan-Venise.

 

Le marché existe pourtant, comme le prouvent les Chemins de fer autrichiens (ÖBB) qui, de Hambourg à Rome, ont occupé le terrain abandonné par les allemands de la Deutsche Bahn. Ce que rappelle le collectif  Oui au train de nuit qui, fort du succès d’une pétition signée par 61 000 personnes, milite en faveur d’une offre nocturne à recréer d’ici 2030.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale