Dernières actualités …

Playdoyer pour une filière

25/09/2018

En pleine préparation du salon Autocar Expo, qui se déroulera du 17 au 20 octobre prochains à Lyon Eurexpo, et avant la tenue annuelle de son congrès, le 14 novembre rpcoahin, Jean-Sébastien Barrault, Président de la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs (FNTV), dresse un état des lieux de la filière, et des enjeux auxquels elle est confrontée. 

 

 

Quelles sont les activités du transport routier de voyageurs ?

 

Le transport routier de voyageurs (TRV), par autocar ou par véhicule de moins de 10 places, est présent sur tous les territoires où il offre une gamme de services très diversifiés : 

 

●  Les services réguliers conventionnés : lignes régulières et services scolaires. 2,1 millions d’élèves sont transportés par jour pour se rendre dans leur établissement scolaire. 

 

●  Les services occasionnels et touristiques : circuits " à la place " ou collectifs, circuits découvertes, séjours de plusieurs jours. Plus de 2,5 millions de voyages touristiques ont été réalisés en autocar par la clientèle française en France en 2016 et 630 000 enfants sont transportés chaque année en voyages scolaires et éducatifs. 

 

 Les services de transport à la demande : services « souples » pour répondre notamment aux besoins des personnes à mobilité réduite. 

 

●  Les services librement organisés : lignes nationales « cars Macron ». Plus de 14 millions de passagers transportés en 2 ans. 

 

●  Les services internationaux : lignes internationales longue distance et cabotage qui comptent environ 4,5 millions de passagers/an. 

 

Pourquoi choisir l’autocar ?

 

●  Un coût peu élevé : ​parmi les trois principales raisons qui motivent le choix d’un voyage en autocar, le prix reste le critère le plus important (71%), loin devant les horaires (12%) et le confort (5%). 

 

●  Une sécurité maximale : ​l’autocar est à ce jour le mode de déplacement terrestre le plus sûr ! En France, en 2014, tous modes confondus, le taux d’accident corporel en autocar était de 0,18 %. Ceci s’explique notamment par une réglementation européenne stricte sur les temps de conduite et de repos, une formation pointue des conducteurs et un aménagement optimal des véhicules pour la sécurité (éthylotests anti-démarrage, ceintures de sécurité, limiteurs de vitesse, ralentisseurs, chronotachygraphes, ABS, ESP, ASR, coupe-batterie, extincteurs, marteau pic, ...). 

 

●  Un mode de transport adapté aux territoires peu denses et à la prise en charge des publics les plus vulnérables : L’autocar est une solution concrète pour les déplacements en zones périurbaines et rurales. Un nombre important de territoires retrouvent un dynamisme économique grâce à la présence de transports collectifs, ce qui contribue à la desserte fine et au maintien de l’emploi. 

 

●  1 autocar = 30 voitures de moins sur les routes ! ​L’autocar est un outil efficace pour lutter contre la congestion et l’utilisation de la voiture individuelle. 

 

●  Un mode de transport au bilan environnemental reconnu : ​Dans un rapport de 2017 sur l’évaluation de l’impact environnemental du développement du transport par autocar, l’ADEME affirme que le bilan environnemental est positif pour les émissions de gaz à effet de serre et de polluants à partir d’un taux d’occupation de 38%, taux largement dépassé aujourd’hui. Cette efficacité énergétique tend encore à s’améliorer grâce à la démarche “​Objectif CO2, les transporteurs s’engagent​” qui implique plus de 24 000 véhicules de transport de voyageurs. 

 

Un secteur sous tension face à un surcroît de mobilité

 

Au regard de ces multiples avantages, la filière de l’autocar connaît un surcroît d’intérêt et fait face à un accroissement de la demande d’offre de mobilité.
Cette accélération de l’activité a confirmé une tension en matière d’emploi. La filière embauchait 100 677 salariés en 2017 et les besoins augmentent chaque année de 2 à 3%. Plusieurs milliers de postes de conducteurs en transport routier de voyageurs restent encore à pourvoir ! 

 

Le transport routier de voyageurs, mode de déplacement en croissance régulière, forme et recrute chaque année de très nombreux salarié(e)s pour des emplois de proximité et non délocalisables. 10 533 offres ont été déposées au Pôle Emploi en 2015. C’est un véritable acteur économique de la mobilité durable et un maillon incontournable de l’intermodalité. 

 

Les 5 grandes familles de métiers du secteur du transport routier de personnes par autocar emploient aussi bien des conducteurs et autres mécaniciens de cars, que des comptables ou encore des exploitants. Tous participent à faire évoluer un parc de plus de 67 000 autocars dans plus de 3 480 entreprises. 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale