TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

La Nouvelle-Aquitaine organise ses transports

16/07/2018

Coordination des transports, information-voyageur, carte régionale : après un an de discussions, la Nouvelle-Aquitaine se dote d’un syndicat mixte de type SRU sur ces sujets. Alain Rousset, président du conseil régional, le lance ce lundi à Bordeaux. A ses côtés, 21 des 28 autorités organisatrices de la mobilité (AOM) de Nouvelle-Aquitaine (deux n’en veulent pas, les autres attendent). 

 

Le nouveau syndicat se réunit dans l’après-midi et vote un budget d’1,7 M€ annuel dont la moitié venu de la Région. « Cette intermodalité dont nous sommes chef de file, nous ne voulions surtout pas l’organiser seule, pour 12 départements. Nous nous sommes mis autour d’une table. Nous ne nous connaissions pas. Finalement, le syndicat est apparu à tous comme la manière la plus efficace d’améliorer l’offre de transports publics. Et nous allons essayer le plus vite possible d’associer l’Etat à nos travaux puisqu’il est organisateur du TGV des lignes Intercités et du fret », indique Renaud Lagrave, vice-président en charge des transports à la région. 

 

Pour marquer les esprits, le syndicat lancera le nouveau site des transports de la Région, « modalis.fr » mi-septembre, à l’occasion de la semaine de la mobilité.

 

 

Versement transport additionnel en option

 

En interne, le nouveau syndicat va fonctionner en deux strates : le niveau régional et celui de bassins d’intermodalité où la région siègera en compagnie des autorités organisatrices de la mobilité concernées. Les communautés de communes sans compétences transport pourront s’y associer sans statut de membre. 

 

Originalité, pour des projets en dehors des trois compétences obligatoires du syndicat (coordination, information, billettique), les AOM pourront déclencher le versement transport additionnel (VTA) sur leur territoire dont l’utilisation sera fléchée vers lui. Beaucoup d’agglomérations trouveront ainsi dans le syndicat un nouveau cadre pour leurs projets. « Un grand nombre d’entre elles ont des projets de BHNS pour entrer sur leur territoire par des voies réservées ou de renforcement de leur desserte TER. Dans ce cas précis, puisque le TER est de notre compétence ce sera du gagnant-gagnant pour elles et pour nous », souligne Renaud Lagrave. 

 

Billettique commune

 

Au-delà de ces projets, le syndicat devrait devenir le lieu de la réflexion de long terme sur les mobilités. Une étude prospective va être lancée sur les besoins en 2030 ou 2040.

 

En attendant, le premier chantier du syndicat est celui de meilleures correspondances entre transports existants. Une sorte d’extension à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine de ce que l’Aquitaine avait fait à l’arrivée du TGV à Bordeaux. En matière de coordination, la région ne compte guère de doublons.

 

Le deuxième chantier est celui du système d’information des voyageurs unique à l’échelle de la région. En y intégrant les modes actifs de déplacement (vélo, marche) ou encore partagés (covoiturage, autopartage, autostop organisé).

 

Le troisième chantier est la billettique. L’Aquitaine est plutôt en avance sur le sujet en ayant développé Modalis, son système de billets interopérables entre toutes ses AOM. Il s’agit de l’étendre dans la perspective de créer une carte unique.

 

Les questions de tarification (et donc de compensations financières entre AOM) arriveront dans un second temps. Mais un groupe de travail va y travailler tout de suite.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload