Dernières actualités …

Abbeville-Le Tréport, laboratoire politique de sauvetage de petite ligne ?

C’était décidé. Le 28 mai 2018, la ligne Abbeville-le Tréport  (34 km) qui relie l’axe Paris-Amiens-Boulogne à la radiale Paris-Beauvais-Le Tréport devait fermer avant une (hypothétique) remise à niveau.

 

Comme d’autres lignes dans d’autres régions, c’est l’histoire d’un déclin. Créée en 1882 par le Chemin de fer du Nord, Abbeville-Le Tréport a eu son succès à l’époque des « bains de mer », au tournant des XIXeet XXesiècles. 

 

Délaissée au profit de l’itinéraire via Beauvais, elle a déjà été menacée de fermeture avant que les régions Picardie et Normandie ne tentent de la redynamiser avec les « trains de plaisir » estivaux Laon-Le Tréport.

 

La fermeture « temporaire » décidée unilatéralement pour « vétusté » par SNCF Réseau a mobilisé élus et associations des Hauts de France. À tel point qu’Élisabeth Borne elle-même a indiqué le 29 mai devant l’Assemblée nationale que l’« État était prêt à prendre part au financement [de sa remise à niveau] dans le cadre des Contrats de Plan » avec les deux régions concernées. 

 

Franck Dhersin, vice-président chargé des Transports des Hauts de France, s’est déclaré prêts à participer à 50% des 40 M€ nécessaires. 

 

Il ne s’agit que d’une redistribution des investissements du CPER, au risque de « déshabiller Pierre pour habiller Paul ». Alors que, face aux Régions, se systématise chez SNCF Réseau la démarche de mise devant le fait accompli : « vous payez ou on ferme ! »

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale