Dernières actualités …

Le pari tous vélos de JCDecaux à Nantes

29/06/2018

Une panoplie de sept types de vélos proposés à la location longue durée avec des services annexes et un libre-service totalement repensé et rajeuni. C’est la nouvelle offre que JCDecaux a présenté le 28 juin à Nantes pour devenir, en opérateur uniquement vélo, hors de tout affichage publicitaire, l’artisan du véritable décollage de la pratique cycliste dans l’agglomération qui ambitionne d’atteindre 12% de part modale en 2030 alors qu’elle en est à 3%. 

 

« Opérateur vélo unique sur un territoire élargi, je salue votre vision et vos objectifs ambitieux, a lancé Jean-Charles Decaux, le PDG du groupe à Johanna Rolland, maire de Nantes. De notre côté, c’est la première fois qu’on le fait. Une 1ère fois, ce n’est jamais simple mais nous sommes pleinement engagés pour réussir. Ce que vous et nous allons accomplir pourrait devenir une référence. C’est pourquoi nous avons répondu de façon dynamique à votre appel d’offre ».

 

Nantes a signé avec JCDecaux un marché public de 24 M€ (HT) pour 7 ans, reconductible 3 ans, emporté de haute lutte (l’opérateur local NGE associé à Smoove et Moventia tenait la corde jusqu’au dernier moment) au terme d’une procédure de dialogue compétitif qui débouche sur quelques innovations.

 

L’une des plus spectaculaires est la possibilité de rapporter le vélo en libre-service dans une station affichant complet en l’ajoutant aux autres vélos. Celle aussi de le stationner n’importe où, - pour le quitter quelques instants afin de faire une course, précise JCDecaux - en le bloquant, et le verrouillant sur place pour éviter de se le faire chiper.

 

Emblème d’un service « global » qui reprend d’ailleurs son nom, Bicloo, le vélo en libre-service fonctionnant depuis 10 ans - 10 000 abonnés, 4000 utilisations par jour - est relooké et allégé (2,3 Kg de moins). Son accès est simplifié. Grâce au numérique, notamment une application sur smartphone ou la carte de transports publics. Grâce à l’introduction du paiement selon l’utilisation (post-paiement). 

 

« Le vélo sera accessible même si l’on n’est pas un as du smartphone ou si nous n’en avons pas. Nous refusons toute exclusion digitale », insiste Johanna Rolland. Caution toujours de 150€. Première demi-heure toujours gratuite. Certaines stations allongées, d’autres sont créées (une vingtaine) pour un total de 123, 1880 vélos disponibles. Tous les vélos Bicloo seront remplacés dans la nuit du 21 au 22 août prochain. Un défi technique.

 

Mais la véritable épreuve pour JCDecaux, avec la création d’un service de location de longue durée, consiste à faire s’envoler l’utilisation du vélo par les Nantais au quotidien. « J’ai confiance. Nous avons déjà reçu quantité de demandes », explique Jacques Garreau. Mais cette location longue durée n’excédera pas un an, sauf pour les personnes à faibles revenus, pour qui ce sera pendant 3 ans. Un compromis passé avec les commerces de cycle dans la ville. « L’objectif est qu’ensuite, chacun s’achète un propre vélo », explique Jacques Garreau.

 

L’opérateur s’appuiera sur la création d’une « Maison du Bicloo » très en vue en centre-ville : à la fois lieu de location, de réparation et de promotion par les associations locales de la pratique du vélo. JCDecaux devient aussi gestionnaire d’un parc de stationnements sécurisés, soit 2412 places réparties dans les 24 communes. 

 

Outil de promotion, destiné à porter la « bonne parole » dans les quartiers de Nantes et dans le centre de chaque commune, un « Bicloobus » passera une demi-heure par mois à partir d’octobre prochain, et jusqu’en 2020, avec à son bord des vélos à louer et un atelier pour les réparations de ceux déjà loués.

 

 « Nous mettons le paquet sur tout ce qui peut faciliter l’usage du vélo. Nous avons par exemples aussi un plan de constructions de nouvelles pistes et voies express. Parce que nous un vrai objectif d’augmentation de part modale. Nous visons les 56% de trajets courts qui peuvent se faire à vélo. Nous visons tous les publics, notamment les familles. Nous visons un véritable changement de comportement dans la population dans la cadre d’une politique bien plus globale de transition énergétique qui, j’y tiens, soit aussi l’occasion de réduire les inégalités. Parce que c’est beaucoup moins cher de prendre son vélo que de prendre la voiture », ajoute Johanna Rolland.

 

 

Jean-Charles Decaux, président de JCDecaux et Johanna Rolland la maire de Nantes (Photo Patrick Garçon- Nantes Métropole).

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale