Dernières actualités …

L'après-pétrole est une réalité pour Total

A l'heure où l'anathème est jeté sur le moteur Diesel, celui-ci pourrait paradoxalement jouer un rôle majeur dans l'après-pétrole, avec le HVO.

 

Surprise, le groupe Total, traditionnellement très secret, affichait une forte présence sur le salon Transports Publics 2018. L'occasion en était fournie par l'annonce faite par le groupe du déploiement commercial du carburant Total HVO 100. 

 

Dans un premier temps, seuls les « grands comptes » y auront accès, ceci pour des questions de logistique. Ce carburant paraffinique de synthèse est un produit non pétrolier totalement compatible avec les moteurs Diesel. Il remplace avantageusement le gazole, en particulier en terme de bilan carbone global et d'émissions de polluants. 

 

En outre, ce produit est biodégradable naturellement et renouvelable. Il répond pleinement à la norme EN590, et tous les motoristes, sans exception, l'ont reconnu pour leurs moteurs Euro VI sans perte de performances ni exigences spécifiques en après-vente ou déchéances de garantie. 

 

Selon Total, les bénéfices environnementaux sont sensibles avec les moteurs Euro III, Euro IV et Euro V, avec une réduction d'émissions de polluants de - 30% (particules principalement). Le bilan carbone est intéressant : - 50% par rapport au gazole conventionnel. Pour les moteurs Euro VI, un gain sensible de consommation d'AdBlue a été mesuré, ce qui confirme la meilleure combustion obtenue avec ce combustible dont l'indice de cétane très élevé (70 contre 51 avec du gazole d'origine fossile) garantit également une combustion plus progressive, donc moins sonore. 

 

Dommage que ce carburant « hors pétrole » ne soit pas reconnu par le décret définissant les véhicules à faibles émissions dans l'article 37 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, ce qui en limite la portée commerciale. 

 

Total a confirmé, malgré un contexte médiatique et politique peu favorable au HVO en France, vouloir continuer le développement du programme BioT-Fuel sur la raffinerie des Flandres. Un programme dans lequel l'IFP-EN est également très impliqué, afin de développer un carburant HVO issu de déchets et résidus ligno-cellulosiques n'entrant plus en concurrence avec les productions agricoles jusqu'à lors utilisées pour une fraction importante du HVO.

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale