TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

Clermont-Ferrand lance une étude sur la gratuité

Clermont-Auvergne Métropole va lancer en septembre prochain une étude sur la gratuité des transports publics. Dans cette agglomération, les recettes commerciales issues de la vente de titres de transport génèrent 14,3 M€. Soit l’équivalent de la contribution versée par la collectivité au SMTC pour opérer le réseau urbain T2C.

 

Les bus et tramway clermontois seront-ils un jour en accès libre ? Si la question a été posée lors des rencontres citoyennes de la mobilité, organisées courant 2016, la réponse devra attendre encore quelques mois. « A l’issue de cette concertation, Clermont-Auvergne Métropole s’est engagé à mener une étude sur la gratuité », rappelle Sybille Mazuel, directrice des projets issus des rencontres citoyennes de la mobilité. 

 

L’objectif : mesurer les impacts financiers, organisationnels et socio-économiques  inhérents à cette mesure. « L’étude sera pilotée par la collectivité mais nous allons la confier à des experts. La notification du marché doit intervenir avant l’été ». Ce travail d’analyse sera lancé en septembre 2018 et durera six mois. Les résultats sont attendus lors du premier trimestre 2019.

 

Une première en France ?

 

Les experts devront mesurer plusieurs points : l’augmentation de la clientèle, les services et moyens supplémentaires à mettre en œuvre liés à la hausse du trafic et surtout les coûts. L’étude devra également préciser si des marges d’économies peuvent être dégagées, notamment celles en lien avec le système de billettique. Tout comme l’étude devra tenir compte des projets de développement du réseau urbain.

 

Actuellement, le réseau T2C - organisé par le Syndicat mixte des transports en commun - réalise 32,5 millions de voyages par an. Il dispose d’un budget de fonctionnement et d’investissement proche de 100 M€. Celui-ci est majoritairement alimenté par le versement transport (63 M€), les recettes commerciales issues de la ventes de titre de transport (14,3 M€) et la contribution versée par la collectivité (14 M€). « Si la gratuité des transports en commun est validée, il faudra compenser d’une manière ou d’une autre, la perte des recettes commerciales », indique Sybille Mazuel. 

 

Dans ce cas de figure, Clermont-Auvergne Métropole (300 000 habitants) sera la première agglomération de cette taille à prendre une telle décision. « Jusqu’à présent, les villes qui ont opté pour la gratuité n’avaient pas des recettes commerciales significatives, ce qui n’est pas notre cas ».

 

« Décollage » des VLS grâce à l’abonnement « gratuit »

 

Dans un registre similaire, la prise en charge par la Métropole de l’abonnement aux vélos en libre service a eu un impact positif sur leur utilisation. Depuis le 10 avril 2018, les abonnés sont passés de 1000 à 2800. Le nombre de déplacement a quasiment doublé, pour s’établir à 1300 par jour. Enfin, le taux de rotation a franchi les 2. En septembre 2018, le service comptera 52 stations et un parc de 520 vélos.

 

La prise en charge de l’abonnement (25€/an) par Clermont-Auvergne Métropole représente un coût qui se situe entre 25 000 et 30000€ par an. 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload