Dernières actualités …

Perpignan donne un nouvel élan aux transports publics

Le réseau de bus Sankéo de la métropole de Perpignan Méditerranée sera entièrement restructuré le 3 septembre 2018. Vectalia, l’opérateur de transport espagnol, a conçu une offre plus lisible et plus efficace.

 

Tout va changer le 3 septembre 2018 dans les transports publics de la métropole de Perpignan Méditerranée. 

Les bus seront plus fréquents, circuleront plus longtemps dans la journée et le transport sur réservation (TSR) sera étendu. L’objectif : répondre aux réels besoins de déplacement dans cette collectivité très étendue où l’habitat est diffus (à l’exception de Perpignan et de sa première couronne) et où l’usage de la voiture est très largement répandu. 

 

 

« La mobilité est un enjeu d’attractivité et d’image pour les territoires » a déclaré le 30 mai 2018 Jean-Marc Pujol, président de la métropole lors de la présentation du nouveau réseau. « La restructuration a permis de clarifier les missions des lignes en proposant une offre commerciale plus structurée et plus lisible ». Autrement dit, le nouvelle organisation repose sur deux principes : avoir le « bon service » au « bon endroit ».

 

Quatre ans de travail

 

Quatre ans de travail ont été nécessaires pour arriver à ce principe. Durée pendant laquelle, Vectalia (aux commandes de ce réseau depuis 20 ans)  a établi un diagnostic technique et financier, puis commandé un audit pour identifier les forces et les faiblesses des transports publics.  

 

En cause : une dégradation des ratios de performance liée à l’extension du périmètre des transports urbains (PTU). En effet au début des années 2000, cette collectivité est passée de 6 à 36 communes. Décision assortie d’un prolongement des lignes de bus. 

 

Pour autant, la clientèle n’a pas été au rendez-vous. Du moins sur les lignes périurbaines où le ratio voyages/km était inférieur à 1. Conséquence : les transports publics peinaient à gagner des parts de marché sur la voiture individuelle et la progression de la fréquentation globale (10 millions de voyages en 2016) s’essoufflait. Aussi l’état des lieux à permis de repositionner l’offre kilométrique dans les secteurs denses, où le potentiel de fréquentation est le plus élevé.

 

Trois lignes majeures et du TSR

 

En septembre 2018, les trois lignes majeures de Sankéo (renommées A, B et C), totalisant 40% de la fréquentation globale seront renforcées. La plus fréquentée (la A) aura une fréquence de 10 minutes avec une plus grande amplitude de service (5h30-22h). Cette ligne déployée sur un axe nord/nord enregistre 3 M de voyages. 

 

Les lignes B et C (1,4 million de voyages) qui relient Perpignan d’est en ouest bénéficieront d’une fréquence de 15 min de 6h30 à 21h. Les services extérieurs seront organisés en connexion avec les trois lignes armatures et quatre pôles de correspondances. 

 

Le service de transport sur réservation (TSR) - opérationnel jusqu’à présent les dimanches et jours fériés -  fonctionnera en semaine pendant les heures creuses, le samedi et pendant les vacances scolaires de 7h à 19h. Enfin trois lignes de plages seront mises en service lors de l’été 2019 au départ de la gare TGV.

 

Cap sur l’hybride

 

Pour mener à bien cette remise à plat, le groupe Vectalia s’est appuyé sur l’expertise de son partenaire technique TMB (Transports métropolitains de Barcelone), notamment pour bâtir la nouvelle signalétique.  Les deux partenaires ont également étudié les différentes motorisations dites « propres » pour proposer aux élus la plus appropriée à la métropole. Celle-ci souhaite en effet devenir le premier territoire européen à énergie positive. Dans ce cadre-là, elle souhaite amorcer la transition énergique du parc de Sankéo. 

 

 

« Avec TMB, nous avons considéré que l’hybridation diesel/électrique est la motorisation la plus adaptée […] C’est une étape vers l’électrification complète du réseau », a déclaré François Benoist, directeur général France de Vectalia, au magazine Transport public, en juin 2017. Vectalia a donc prévu d’acquérir 17 bus hybrides d’ici 2021. 

 

Un investissement que portera le transporteur. En effet, dans le cadre du nouveau contrat de DSP (signé jusqu’en 2021), il a été prévu qu’il prenne en charge le renouvellement du matériel roulant. « Ce transfert de l’investissement s’inscrit dans un contexte où la métropole a des contraintes d’endettement et budgétaire », a précisait le directeur général. 

 

A Perpignan, Vectalia opère 36 lignes régulières et 350 circuits scolaires avec 220 véhicules. En France, le groupe espagnol emploie 730 salariés, possède un parc de 400 véhicules et transporte 26 millions de voyageurs.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale