Dernières actualités …

Autolib’ de la discorde

05/06/2018

Rien ne va plus dans le petit monde francilien de la voiture électrique en libre-service. Il y a d’abord eu les révélations récentes du quotidien Le Monde sur le montant du déficit estimé du service Autolib’ à l’issue du contrat entre la ville de Paris et le Groupe Bolloré.  

 

Des données chiffrées  claires, bien que contestée par le Syndicat Mixte Autolib Velib : une estimation des pertes annoncée à 293 M€ en 2023, une prise en charge par Bolloré de 60 M€, conformément au contrat signé avec la Mairie de Paris en 2011, donc une demande de participations des collectivités concernées à hauteur de plus 40 M€ par an d’ici à la fin du contrat.

 

Devant la levée de bouclier de la maire de Paris ces derniers jours, le Groupe Bolloré a tenu à s’exprimer le 4 juin dans un communiqué dont on retiendra deux paragraphes qui plantent l’ambiance des discussions du moment : « le groupe Bolloré signale qu’il n’a cessé d’alerter le Syndicat depuis trois ans de la dérive financière du service, sans qu’aucune mesure ne soit prise, et regrette cette polémique qui va encore nuire à l’image du service et peser sur ses performances. Rappelons, par exemple, que lors de la dernière journée sans voiture à Paris, les VTC à moteurs thermiques ont eu le droit de circuler et pas les Autolib électriques »...

 

Et comme si ce renvoi de responsabilité ne suffisait pas, l’industriel n’hésite pas à se montrer sarcastique. « Comme pour Velib, qui a été récemment reconcédé à un tiers, le Syndicat peut parfaitement reconcéder s’il le souhaite le service Autolib à un nouvel opérateur », explique-t-il…

Lancement du service Autolib’ en 2011.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale