Dernières actualités …

L’Europe s’engage pour la LGV Paris-Lyon

Elisabeth Borne n’est pas rentrée de la réunion européenne, qui s’est tenue à Ljubljana (Slovénie) le 25 avril, les mains vides. Le commissaire européen aux Transports lui a remis une convention de financement d’un montant de 117 M€, en vue du déploiement du système de signalisation « European Rail Traffic Management System » (ERTMS).

 

Cette subvention européenne s’inscrit dans le cadre du programme « Mécanisme d’Interconnexion en Europe » pour la période 2014-2020. Cette technologie d’avant-garde va permettre d’accroître les capacités de circulation sur une ligne qui est aujourd’hui la plus circulée d’Europe, Paris-Lyon concentrant en France un tiers du trafic TGV national.

 

Elle accueille en outre de nombreuses liaisons transeuropéennes majeures entre les régions françaises du sud-est de la France, avec l’Espagne, l’Italie et le nord de l’Europe. Mais avec 240 trains par jour en moyenne sur le tronçon le plus dense, elle a atteint aujourd’hui les limites de sa capacité, car ce sont 44 millions de voyageurs qui l’ont emprunté en 2017.

 

L’ERTMS permettra, en particulier, de faire passer la capacité de la ligne de 13 à 16 trains aux heures de pointe, avec une régularité améliorée. En décembre dernier, à l’occasion de l’inauguration de l’Espace 574 à Lyon, Patrick Jeantet, président-directeur général de SNCF Réseau, avait évoqué ces modernisations.

 

L’adoption du système ERTMS va s’accompagner d’investissements d’un montant de 480 M€ supplémentaires, supportés par SNCF Réseau. Seront notamment adaptés ou remplacés les postes de signalisation, tandis que les infrastructures seront aménagées à Paris et à Lyon pour permettre l’accueil de trains supplémentaires.

 

Des actions qui « symbolisent le virage de SNCF Réseau vers un réseau à très haut débit, qui nous permettra d’accueillir plus de trains avec une régularité et des performances renforcées », selon Patrick Jeantet. Et, à cette occasion, la ministre des Transports n’a pas manqué de rappeler que cette « modernisation du réseau est une bonne réponse pour mieux utiliser nos infrastructures existantes », par rapport au lancement de nouvelles.

 

On ne peut éviter, en parlant d’interconnexion européenne, d’évoquer le projet complémentaire du Lyon-Turin qui s’inscrit lui dans le cadre du corridor ferroviaire sud-européen. Cette mesure s’inscrit aussi dans les perspectives d’ouverture à la concurrence qui peuvent renforcer encore des demandes de circulation sur cet axe.

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale