Dernières actualités …

Trainline, l'atout du fer français ?

04/04/2018

A l’heure où le ferroviaire français se prépare à une mutation de grande ampleur, Trainline, qui se présente comme le leader européen indépendant de la vente de billets de trains et bus, entend bien jouer sa carte.

 

« Nous allons booster l’économie française grâce à la vente de billets auprès de nos clients étrangers », n’hésite pas à annoncer Audrey Detrie, la directrice France et Benelux. Il est vrai que l’agrégateur, assimilable à une agence de voyages, et né du rachat de Capitaine Train, start-up française créée en 2009, par le britannique Trainline, possède quelques atouts. Il commercialise auprès de clients de 173 pays les offres de 156 transporteurs de train et bus dans 35 pays européens (ainsi qu’au Japon depuis février dernier).

 

Son site totalise quelque 50 millions de visites mensuelles et son volume de ventes a atteint 2,7 Mds€ l’an passé. Il est de fait un acteur montant du ferroviaire européen, ne serait-ce que par la simplicité de l’interface utilisée par le voyageur désireux de privilégier ce mode dans sa volonté de voyager sur le continent. Une facilité d’usage qui concerne aussi les entreprises, à travers la plateforme Trainline for business lancée en 2015.

 

Comment cet acteur perçoit-il la réforme à venir ? « Pour nous la SNCF est un partenaire, explique Audrey Detrie, nous poursuivons les mêmes objectifs, qui sont l’augmentation de la part modale du train et l’accroissement de son usage, à travers les nouveaux clients étrangers que nous pouvons amener sur les rails français. A partir de là, habitués que nous sommes à travailler avec de multiples opérateurs, nous considérons que la réforme en cours d’élaboration ne nous impactera pas directement ».

 

Quant à la grève démarrée le 3 avril, forte du système d’information en temps réel mis en place en 2017 grâce à l’accès à l’ensemble des données de la SNCF, la direction de Trainline semble y voir une occasion de démontrer son savoir-faire en matière de SAV. « Nous allons offrir la possibilité d’annuler ou d’échanger les billets en cas d’annulation des trains », précise Audrey Detrie. Une souplesse propre à séduire une clientèle habituée à moins de facilité par les canaux plus classiques…

 

Quelles sont les perspectives de Trainline ? Pour la directrice France et Benelux, les évolutions du marché sont très claires. « En Europe, seuls 30% des billets de trains et bus sont achetés en ligne, explique-t-elle, notre rôle est donc de développer cette part de marché en facilitant toujours plus la tâche de nos clients. Dans cette logique, nous tablons sur une croissance à deux chiffres dans les trois prochaines années… »

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale