TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

Offensive tarifaire du TER en Pays de la Loire

14/03/2018

Faire préférer le train ! La Région des Pays de la Loire reprend ce slogan pour déclencher une offensive tarifaire en avril prochain. Cela va passer par des cartes de réductions simplifiées, moins chères et donnant droit à plus d’avantages encore qu’auparavant. Après l’augmentation du nombre de trains en circulation, 8% depuis l’été dernier, de nouveaux engagements sur la qualité du service, pris par la SNCF, c’est ce qui doit augmenter la fréquentation du TER de 10% en trois ans.

 

Au chapitre des simplifications, les abonnements travail, sur un trajet particulier, disparaissent. Les passagers ne sont plus considérés selon leur statut professionnel, en dehors, encore, du demandeur d’emploi. Les abonnements sont ouverts à tous, en version hebdomadaire, mensuelle et même illimitée, assortie d’avantages plus grands (réductions sur tout le réseau régional ou pour jusqu’à trois accompagnateurs).

 

Ces passagers qui constituent l’essentiel, pour le moment de la clientèle du TER sont « bichonnés » en bénéficiant de programmes de fidélité (points convertis en bons d’achats dans les commerces locaux) ou en voyant le prix de leur abonnement automatiquement réduit de 20% si leur train est plus de huit fois en retard ou supprimé.

 

« Nous voulons faire de ces usagers du quotidien de véritables ambassadeurs du train auprès d’autres usagers potentiels », explique Roch Brancour, vice-président régional en charge des transports. Ces clients actuels sont aussi ceux qui supportent un effort de « responsabilité financière », selon les mots de Christelle Morançais, présidente de la Région.

 

Les abonnements vont augmenter de 7%, trois années de suite, à partir de juillet prochain. Ce qui, d’après Christelle Morançais, « continue de faire des Pays de la Loire la Région la moins chère de France pour son TER », avec un prix moyen demandé à ses utilisateurs de 3,1 centimes par km parcouru contre 4,1 pour l’ensemble des Régions.

 

 

Billets à moins de 20 euros pour concurrencer le covoiturage

 

L’offensive sur les prix cible donc essentiellement ceux qui pourraient embarquer dans un TER plutôt que prendre leur voiture, le car « Macron », ou covoiturer. Pour les voyageurs occasionnels, une carte à 30€pour les plus de 26 ans, 20€ pour les moins de 26 ans fait diminuer le prix du billet de 50%. Elle est amortie, en général, en deux ou trois voyages pour les plus de 26 ans, dès le premier pour les jeunes. La « guerre » au covoiturage est lancée par des billets à moins de 20€ sur internet uniquement, entre certaines grandes villes de la Région. « Un Nantes- La Roche-sur-Yon pour 10€ contre 5 à 7 en covoiturage », précise Roch Brancour.

 

En gagnant de nouveaux clients et en faisant payer un peu plus cher ses abonnés, la Région, espère améliorer « l’équilibre » du budget qu’elle dépense pour faire rouler ses trains. 150 M€ par an, pour le moment, pour transporter 17 millions de voyageurs. « En attendant les économies à réaliser avec la prochaine mise en concurrence de la SNCF », anticipe Roch Brancour.

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload