Dernières actualités …

Berthelet : l'innovation n'est pas que pour les "grands"

Aurélien Berthelet, directeur général du groupe éponyme, explique les motivations qui ont poussé son entreprise à investir dans le capital de Transpolis SAS.

Une démarche atypique dont il s'explique auprès de Mobilités Magazine.

 

 

 Mobilités Magazine : Quelle est la démarche qui a conduit le groupe Berthelet à investir dans le capital de Transpolis SAS ?

Aurélien Berthelet : Les motivations étaient assez évidentes pour nous. Au départ, nous nous posions la question de savoir si nous pouvions être clients de Transpolis. Lors des discussions, j'ai très vite ressenti d'autres intérêts réciproques, lié au fait que nous soyons un acteur en train d'accélérer dans le domaine des nouvelles mobilités (le groupe fait partie des rares privés indépendants à exploiter la navette autonome Navya, NDLR) et de la transition énergétique.

 

MM : Est-ce un enjeu d'image ou d'intégration au sein du pôle de compétitivité CARA ?

AB : Bertehlet souhaite être un acteur référent pour ses clients, actuels ou futurs, qu'ils soient publics ou privés. Souvent, on voit les grands groupes comme monopolisant la recherche ou l'innovation. Ce n'est pas ce que je pense. En devenant actionnaire, on peut aussi intégrer le comité de recherches de Transpolis. On souhaite ainsi imaginer et partager, du point de vue d'un opérateur, des sujets de recherches (…) A Transpolis la présence d'acteurs publics est très importante pour une société comme nous. Les collectivités (dans les actionnaires figurent le département de l'Ain, la Métropole de Lyon, la communauté de communes de la Plaine de l'Ain, entre autres, NDLR) les collectivités publiques sont des acteurs incontournables pour ces villes dites « smart-city ». C'est un investissement qui n'est pas que financier.  

 

MM : Quel est le montant de cette prise de participation ?

AB : Transpolis le souhaite pas communiquer sur ce sujet. 

 

MM : A quand remontent les premières discussions ?

AB : Tout a commencé à l'été 2017. Le passage vers l'actionnariat a été plus long, notamment pour des questions administratives. Début octobre 2017 nous avons eu un entretien avec le Président de Transpolis, Dominique Fernier (qui travaille également à l'IFSTTAR de Bron (Rhône), NDLR) afin de justifier notre démarche. C'est là que la réciprocité des réflexions est apparue.

 

MM : A ce sujet, quels sont les thèmes qui vous préoccupent ?

AB : Transpolis reconstitue un écosystème urbain. A travers les navettes autonomes se posent des questions d'aménagement et d'infrastructures, d'insertion dans la voirie avec piétons et autres usagers de la route. Comment une navette peut-elle se comporter dans un rond-point avec du trafic ? Tout cela peut y être étudié. Navya peut être une vraie solution sur un site privé, fermé. Mais à terme se pose la question de leur déploiement en milieu ouvert. La maîtrise de l'énergie, des points de charge, de biberonnage fait partie des questions.  

 

MM : Le groupe Berthelet étant un des animateurs majeurs du groupement Réunir, y a-t-il des échanges d'expérience à partager avec les membres de cette association ?

AB : Oui, il y a une volonté d'échanger avec Réunir à partir des enseignements que nous tirerons des études réalisées avec Transpolis.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale