Dernières actualités …

Le retour de la "bataille du rail" à Lannion ?

L’effondrement du trafic de l’aéroport de Lannion serait-il un argument pour supprimer TGV et TER qui desservent la ville ? Ce serait la conséquence paradoxale de la décision de Lannion-Trégor-Agglomération (LTA) qui, après la suppression des vols Paris-Lannion, propose de créer des navettes d’autocars « hight tech » entre la gare de Guingamp, l’aéroport de Lannion et celui de Brest.

 

Le projet est contesté par les défenseurs de l’antenne Plouaret-Lannion (16 km et 18 trains/jour) « branchée » sur l’axe Paris-Brest. À la fin des années 1990, ils avaient obtenu le maintien de la ligne, son électrification et sa desserte par TGV. Après sa remise à niveau en 2015, ils sont maintenant prêts à se remobiliser contre les navettes qui « assècheraient le trafic de la ligne ». 

 

Ils estiment que « Guingamp ne sera jamais la gare d’affaires du bassin de Lannion » vantée par LTA. L’autocar proposé « n’est pas plus rapide que le train, d’autant qu’outre les TGV, il existe de nombreux TER en correspondance ». Et ces opposants estiment que cette annonce est « gravissime en cette période d’incertitudes créées par […] le rapport Spinetta ».

 

Le trafic de l’aéroport de Lannion n’a cessé de diminuer après l’arrivée du TGV, passant de 52 000 passagers en 2005 à 21 248 l’an dernier. Son financement coûte annuellement 3 M€ aux collectivités, soit 141 €  par passager. À comparer au coût - jugé considérable à 5,34 € dépensé par les région - d’un voyageur TER… 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale