TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

Une cinquième ligne de métro à Lyon ?

David Kimelfeld, président de la Métropole Lyonnaise, et Georges Képénékian, maire de Lyon, en compagnie de Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral, ont présenté le 9 février, les études de faisabilité concernant la construction d’une nouvelle ligne de métro, la ligne « E ». Si le comité syndical du Sytral la valide au printemps prochain, ce sera une étape importante et ambitieuse pour l’avenir du réseau des transports en commun lyonnais.

 

Ces dernières années, alors que le métro célèbre en 2018 ses quarante ans d’existence, c’est plutôt le tramway qui a été le mode privilégié du Sytral pour le développement des transports collectifs urbains de la Métropole. Seuls les prolongements de la ligne B, vers Oullins, dans un premier temps, puis les deux kilomètres supplémentaires à destination des hôpitaux Sud de Saint Genis-Laval, actés pour 2023, concernent le métro.

 

Mais le projet de ligne « E », entre le centre de Lyon et Alaï (ouest lyonnais), est d’une toute autre envergure. Il consiste en la construction d’un tunnel souterrain, en tout état de cause supérieur à cinq kilomètres et d’un coût non communiqué mais estimé, à lui seul, à hauteur d’un milliard d’euros. Pour mémoire, le budget du Sytral sur le mandat actuel (2015-2020) est de 1,2 milliard d’euros.

 

 

La seule alternative à la voiture

 

Le diagnostic de l’étude menée de novembre 2016 à janvier 2018, qui vient d’être présentée, relève une dynamique urbaine particulière de l’ouest lyonnais. Entre 2010 et 2015, la population a augmenté de 8%, contre 6% pour l’ensemble de la Métropole. Les projections sont estimées à + 19% d’ici 2030.

 

Toujours dans ce secteur, l’offre actuelle de transport public est fortement contrainte par le relief, avec par exemple deux lignes de funiculaires aux performances relatives. Compte tenu de ces reliefs, le vélo est lui aussi assez périlleux, sauf à profiter d’une assistance électrique conséquente. Ce qui fait que, combiné à une voirie exigüe, complexe et contrariée par ce même relief, qui interdit quasiment l’aménagement de site propre ou de ligne de tramway, c’est le métro souterrain qui reste la seule alternative au transport individuel. Dans ces conditions, la part de la voiture individuelle représente ici aujourd’hui 44% des déplacements, contre 26% dans le centre de Lyon et Villeurbanne Egalement, le taux de motorisation des ménages y atteint 1,01 véhicule, contre 0,75 au centre de Lyon-Villeurbanne.

 

 

Deux tracés sont privilégiés

 

L’étude a donc analysé une douzaine de tracés différents depuis le centre de Lyon. Parmi eux, deux semblent aujourd’hui tenir la corde à destination d’Alaï, l’un, depuis Bellecour et l’autre depuis Hôtel de Ville. Les deux sont en correspondance avec deux lignes déjà existantes.

 

La première prévoit 6 kilomètres de tunnel et la création de 6 stations, pour un temps de parcours Alaï-Part-Dieu de 25 minutes. L’autre prévoit 6,6 kilomètres de tunnel, avec la création de 6 stations et un temps de parcours Alaï-Part-Dieu de 29 minutes. Selon les décisions prises ou non prochainement par le Sytral, la mise en service de la ligne « E » pourrait avoir lieu à l’horizon 2030.

 

C’est cette ambition qui sera proposée au prochain comité syndical de l’autorité organisatrice des transports de la Métropole, au printemps prochain, suivi de la saisine de la Commission Nationale du Débat Public.

 

 

 

 

 

Fouziya Bouzerda,

présidente du Sytral.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload