Dernières actualités …

Le Grand Est partagé

Jean Rottner, président de la région Grand Est, se trouve à la fois « satisfait et déçu » par le rapport Duron. Satisfait par la « prise en compte du caractère stratégique de l’A 31 » (Toul-frontière luxembourgeoise) l’un des rares projets routiers évoqué dans le rapport. Et « déçu par les propositions concernant d’autres projets ».

 

Outre la non-participation de l’État au projet de Liaison Rail Aéroport de Bâle-Mulhouse, et le report après 2038 de la seconde phase de la LGV Rhin-Rhône (Belfort-Mulhouse), c’est principalement le sort réservé à l’électrification de la ligne Paris-Troyes qui préoccupe la région.

 

Le rapport « repousse après 2037 la réalisation de la seconde phase entre Nogent-sur-Seine et Troyes ». Ces propositions « remettraient en cause le protocole-cadre qui vise une échéance de réalisation à 2022 […] piétinent l’accord historique conclu entre les régions Grand Est et Île-de-France et ignorent les investissements déjà réalisés par la région Grand Est en termes d’achats de matériels roulants afin d’anticiper une électrification dès 2022 ».

 

On peut il est vrai s’interroger sur l’intérêt d’un phasage de l’électrification Paris-Troyes fixé à Nogent-sur-Seine, une gare qui selon le rapport est « susceptible de constituer un nœud intermodal ». Serait-ce une façon de réduire le projet à son seul aspect de bouclage électrique francilien ? Un aboutissement qui n’aurait alors plus aucun intérêt pour le Grand Est…

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale