Dernières actualités …

Ouibus relie Saint Exupéry à 26 villes, sauf Lyon !

Ouibus a fait de la desserte de l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry son modèle pour développer aujourd'hui une offre similaire sur une douzaine d’aéroports de l’Hexagone. Mais, du fait de la liaison Rhônexpress, l’autocariste ne dessert pas le centre de l’agglomération lyonnaise.

 

Sur un trafic qui devait atteindre l’année dernière, 4,3 millions de voyageurs, la filière de la SNCF, Ouibus, en a transporté environ 500 000 vers ou depuis une douzaine d’aéroports de l’Hexagone. La moitié de cette fréquentation concerne l’aéroport de Saint-Exupéry. En particulier grâce à un partenariat avec les autocars du groupe Faure, elle a tissé, depuis avril 2017, un véritable réseau de rabattement à destination de l’aéroport lyonnais : « aujourd’hui, ce sont 26 villes qui sont connectées à la plateforme lyonnaise et qui bénéficient de l’offre tarifaire Ouibus », confirme Roland de Barbentane, directeur général de Ouibus. Des services qui prennent même la forme de navettes régulières (depuis Grenoble par exemple), cadencées ou à la demande.

 

Exploitées dans le cadre de la libéralisation du transport routier de voyageurs par autocars (loi Macron), beaucoup d’entre elles ont obtenu les dérogations nécessaires pour des relations inférieures à 100 kilomètres. Toutes, sauf Lyon, qui ne profite pas de cette libéralisation, puisque la desserte entre Lyon-centre et Lyon-Saint-Exupéry est encadrée par une clause exclusive passée au bénéfice de Rhônexpress. Une clause qui a d’ailleurs prévalu à la suppression de deux lignes du réseau TCL, l’année dernière…

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

17/11/2019

Please reload

TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale