TG Press9 rue du Gué - 92500 - Rueil-Malmaison

 

contacts

Pierre Cossard, éditeur

Laurence Fournet, directrice commerciale

Dernières actualités …

Lyon Parc Auto invente les parkings du futur

Depuis une dizaine d’années, Lyon accueille tous les deux ans les Rencontres de la Mobilité. La cinquième édition, qui vient de se tenir, a mis en évidence l’importance grandissante des objets et véhicules connectés. Sur une journée, 150 acteurs de la mobilité se sont réunis à Lyon, fin novembre dernier : des élus, des représentants d’autorités organisatrices, des exploitants de réseau de transport… L’objectif affiché de cette édition consistait à analyser l’évolution des comportements et des technologies afin de mieux préparer l’avenir et, éventuellement, rationnaliser les moyens. « Numérisation de la ville », « transport autonome », « autonomisation de la mobilité »…, tels étaient les différents ateliers proposés aux participants.

 

« Incontestablement, cette édition a été marquée par la digitalisation grandissante, l’importance croissante d’outils, tels que le smartphone, et le nombre grandissant des objets connectés », analyse Louis Pelaez, pdg de Lyon Parc Auto (LPA), la société d’économie mixte (SEM) qui, au-delà de sa fonction initiale de gestionnaires d’emplacements de stationnement, est le véritable bras armé de la Métropole de Lyon pour toutes les questions de mobilité. Dans ce contexte, Lyon souhaite en effet conserver sa position innovante en la matière, et LPA va s’engager dans cette voie du numérique. Malgré une baisse de la dotation des collectivités, ce sont les bons résultats financiers obtenus par la Sem qui autorisent la société à combiner à la fois la poursuite des activités courantes et l’investissement dans l’innovation.

 

En 2017, le chiffre d’affaires de LPA s’est élevé à 59 millions d’euros, dégageant un excédent supérieur à 5 millions d’euros. Dans le domaine des innovations, l’une de ses premières actions consistera en l’équipement en connectivité de la totalité des étages des parkings-silos. En 2018, 15 parkings seront équipés et le reste l’année suivante, c’est-à-dire que les 31 parkings seront connectés. L’idée est de préparer l’arrivée des véhicules connectés, pour qu’ils soient pris en charge par des robots dès leur arrivée dans des parkings équipés de capteurs. « Cela suppose aussi des aménagements supplémentaires, la suppression des obstacles et de certains poteaux… », ajoute Louis Pelaez. Certains lieux sont déjà expérimentés. « Nous travaillons avec des start-ups pour nous aider à définir ces parkings du futur et nous recherchons des partenaires pour des expérimentations communes», confirme Louis Pelaez.

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
J'aime !
Please reload

Please reload