• Christine Cabiron-Jean-François Bélanger

VigiTER : vidéosurveillance en direct dans les TER d’Aura



26/10/2020 - La région Auvergne-Rhône-Alpes expérimente un dispositif de vidéoprotection à bord des Trains Express Régionaux (TER) avec transmission en temps réel des images, nom de code : VigiTER.

VigiTER est un système de vidéoprotection déployé à bord des Trains Express Régionaux de la région Auvergne-Rhône-Alpes, en premier sur la ligne Lyon-Saint-Etienne. Sa particularité : les images sont analysées en temps réel par les équipes du Centre régional de sécurité dans les transports (CRST) basé à la gare de Lyon Part-Dieu.

D’ici l’été 2021, ce dispositif sera étendu à 110 rames qui circulent en Auvergne, ainsi que sur les lignes Lyon/Clermont-Ferrand, Saint-Etienne/Lyon et Grenoble/Gap.

Ces images, capturées dans les gares ainsi qu’à bord des trains, permettent de piloter et de coordonner en direct les moyens d’intervention de la SNCF et/ou des forces de sécurité.

L’espace sécurisé hi-tech de 500 m² de la gare de Lyon Part-Dieu, inauguré en octobre 2018 et dédié à la surveillance des différents espaces des gares régionales accueille donc depuis le 19 octobre 2020, quelques écrans supplémentaires sur son mur d’images.

Ceux-ci relient en direct les images enregistrées par la vingtaine de caméras embarquées sur la dizaine de rames équipées à ce jour. Une prouesse technique, puisque pour la transmission des images, ce dispositif nécessite la présence de trois cartes Sim, correspondantes à chacun des trois opérateurs présents sur le parcours.

« Nous nous sommes inspirés de ce qui se fait en Russie, sur la ligne Moscou Saint-Petersbourg, en Allemagne ou à Dubaï. C’est une première en France », explique Laurent Wauquiez, président d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Ce dispositif s’intègre dans la politique de sécurisation des transports régionaux ferroviaires assuré par 250 salariés, tous affectés au service de surveillance générale (SUGE) de la SNCF.

Un budget de 35 M€

Cette expérimentation, qui a débuté en juillet 2020, représente un coût de 1,2 M€. Le conseil régional a décidé de la poursuivre pendant encore un an, ce qui représente un investissement supplémentaire de 600 000€.

Ce service vient compléter la politique de contrôles à bord des TER qui ont été multipliés par 2,5. Le nombre de PV dressés qui s’en est suivi a été multiplié par 4 et celui des interpellations par 2,5.

En lien avec les services de police, VigiTER doit montrer son efficacité pour identifier les auteurs d’agressions, de vols, d’agressions sexuelles, de bagages abandonnés…

VigiTER implique l’installation de 1 400 caméras Panasonic nouvelles générations pour un budget global de 35 M€.

Mots-clés :